Bannière Reflets cinéma ibérique et latino américain 2020

TOURNAGE DANS UN JARDIN ANGLAIS

Steve Coogan cultive son jardin !

Engagé pour interpréter le héros de l'adaptation cinématographique du chef d'oeuvre de la littérature anglaise du XVIIIe siècle, La Vie et les opinions de Tristram Shandy, Steve Coogan nous présente son rôle, Tristram Shandy, sa mère Elizabeth, alors qu'elle va accoucher de lui, son père Walter, un intellectuel quelque peu névrotique, son oncle Toby et le caporal Trim qui s'affairent à reconstituer la bataille de Namur dans les jardins du château... Mais le comédien Steve Coogan n'a pas la vie facile sur ce plateau...

Le cinéma anglais cultive l’originalité et nous surprend une fois de plus avec ce nouveau film de Michael Winterbottom. Ce réalisateur très prolifique (12 films ces 10 dernières années) est le spécialiste… d’absolument aucun genre cinématographique ! Passant du drame sentimental (Jude) au policier (I want you) ; puis du film de guerre (Welcome to Sarajevo) au western (Redemption), il sort cette année deux films quasiment coup sur coup The road to Guantanamo et ce Tournage… Le premier basé sur l’histoire vraie de deux jeunes britanniques emprisonnés sur la base de Guantanamo et le second, comédie loufoque sur le 7e art comme on en voit rarement !

Avec ce film plus léger, il plante le décor dans un grand château anglais et filme le tournage (fictif) d’un autre long-métrage d’après un classique de la littérature anglaise réputé inadaptable au cinéma ! Vous l’aurez compris nous sommes face au film dans le film et tous les dessous des tournages sont présentés, des discussions avec les financiers aux caprices des stars, en passant par la présentation des rushes à l’ensemble de l’équipe du film.

Il se passe donc plein de choses sur un plateau de tournage et Winterbottom n’omet surtout pas de nous dire que c’est un grand bazar organisé à l’image de son film, qui n’a finalement ni queue ni tête ! Le début est très confus et livre le spectateur à l’acteur principal, délicieux Steve Coogan, qui lui raconte sa salade (sa vie de comédien, ses partenaires et son rôle). On se croirait dans le second DVD du film, chapitre « making-of » ! Et on est sans arrêt baladé entre fiction et réalité, passé et présent ! Une première demi-heure fourre-tout donc, loin du jardin d’Eden !

La seconde partie du film reste la plus intéressante, l’acteur principal devenant la grande victime, celui à qui tout arrive : sa femme débarque avec son gosse et il se voit contraint de laisser de côté la gentille assistante qui lui faisait des yeux doux ; son partenaire de second rôle, excellent Rob Brydon, prend de plus en plus de poids dans le film fictif et risque de le mettre sur la touche ; un journaliste détient des éléments dérangeants sur sa vie privée et menace de tout révéler s’il ne lui accorde pas une interview exclusive… ! Bref les scènes se succèdent dans un tempo plus soutenu et organisé, et rivalisent de moments drôles et exquis, si on est un tant soit peu familier de l’humour « so british » qui fait la farce et la force de ce film !

Et une haie d’honneur est faite à Gillian Anderson qui joue les guest-star en vraie et en faux, en acceptant de prendre part au tournage du film pour… roulement de topinambour : être finalement coupée au montage ! Cela constitue l’un des moments les plus irrésistibles de cet OVNI anglais qui sème d’autres surprises… en champ et hors champ ! En trois mots : drôle, déconcertant et baroque.

Mathieu PayanEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire