Bannière Cinélatino Toulouse présentiel 9 au 13 juin 2021

SON OF WAR - RETOUR AU FRONT

Un film de Neil Abramson

Compte à rebours

Lors de Thanksgiving, Mike rentre au bercail en « s’échappant » de sa caserne militaire. Mais cette fois-ci, il apporte avec lui une lourde nouvelle qui risque d’attrister ses proches : il part avec les Marines en Irak dans quelques jours… Alors qu’il est dans le bus du trajet, son regard croise celui d’une charmante latino-américaine, la jeune Cristina…

Sortie en DVD le 17 mai 2011

Joli film que cette petite histoire d’amour contrarié. Rendez-vous compte, le jour où Mike doit annoncer à sa famille et ses amis qu’il part en Irak combattre l’ennemi, il tombe irrésistiblement sous le charme de la jeune Cristina… Voilà que se déroulent sous nos yeux charmés, la fatidique histoire d’amour naissante, et le lourd secret qui n’arrive plus à être dévoilé. Dilemme. Le cœur parle pour ce jeune soldat et la raison est étouffée dans le mensonge. Étranges sentiments.

Faites l’amour pas la guerre pourrait déclarer Neil Abramson, mais le sort de leur histoire est écrit d’avance, sans surprise à l’eau de rose. « American son » n’est pas une bluette pour midinette, c’est une jolie histoire d’amour ado à la James Gray (« Two lovers »), mature, sans artifice, vraie. Mais là où Gray forçait le respect en croquant des personnages foisonnants et complexes, Abramson reste plus en surface, linéaire, sans surprise et ne gratte pas au-delà de la première couche.

Toutefois, il va loin dans son regard sur l’engagement (envers la patrie, dans l’amour) et sur les blessures (de guerre, du cœur). Le script est souvent très inspiré et fait de ce film indépendant, une œuvre intéressante et fortement recommandable. Son casting, tout en charme, fait des merveilles. Melonie Diaz a d’ailleurs fini par atterrir dans le Michel Gondry « Soyez sympa, rembobinez ! » et Nick Cannon dans le lit de Maria Carey (ils sont mariés depuis 2008) ! Plus sérieusement, ces deux jeunes la jouent décomplexés, soutenus par de très bons comédiens dans de jolis seconds rôles. De quoi oublier la musique rap ultra violente qui par moment détruit le charme et l’ambiance douce amer d’un compte à rebours certes fatidique, mais également romantique.

Mathieu PayanEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire