Parce qu'on en a jamais assez !

LE SILENCE DES AUTRES

Avec

Un puissant documentaire sur la quête de justice

En 1977, deux ans après la mort de Franco, l’Espagne vota la loi d’amnistie générale qui libèra les prisonniers politiques mais interdit aussi le jugement des crimes commis sous la dictature. Face à l’impossibilité d’obtenir justice, des citoyens espagnols saisissent les tribunaux argentins afin de rompre ce « pacte de l’oubli » en espérant faire reconnaître ces exactions comme crimes contre l’humanité…

Le silence des autres film documentaire image

Produit par Pedro Almodovar et récompensé par le Prix du public du documentaire au Festival de Berlin 2018, "Le silence des autres" traite avec subtilité des séquelles de la guerre civile en Espagne et de l'impossibilité pour les citoyens de faire condamner les bourreaux dans leur propre pays. S'ouvrant sur le portrait d'une vieille dame ayant perdu sa mère et se terminant sur une autre retrouvant enfin les ossements de son père, fusillé, le film utilise quelques images d'archives pour faire le point sur certains moments fondamentaux qui permettent de comprendre le blocage actuel et les raisons du combat qui se poursuit encore aujourd'hui.

Car c'est sur la lutte de ces familles pour obtenir justice, face à leurs tortionnaires ou ceux qui ont enlevé leur bébé, que se focalise le film. Des assassins, des tortionnaires ou des commanditaires de disparitions, exécutions, vols de bébés, tortures… que ceux-ci voient parfois vivre en toute impunité dans leur voisinage même. Relatant le déclenchement d'un procès en Argentine, pour que soit reconnue la guerre civile comme crime contre l'humanité, le film aligne les témoignages poignants, décrit un système judiciaire et politique grippé, et montre finalement l'impossible oubli, malgré les silences coupables ou complices.

Indispensable, dans son devoir de mémoire comme dans celui d’un espoir de justice, le film est aussi en soi un vecteur indéniable de levée de la chape de silence qui entoure encore les crimes franquistes. Il semble ainsi participer lui-même du mouvement de témoignages enclenché par quelques uns et qu’il décrit dans ses différentes et difficiles étapes. Témoin d’évolutions qui vont dans le bon sens (les mises en accusations, l’excavation de fosses communes, le changement de noms de certaines rues ou places à Madrid…), il l’est aussi cruellement du temps qui passe et qui emporte avec lui certains témoins ou plaignants. Humain et bouleversant, il s’agit là sans doute d’un documentaire fondamental pour faire enfin la paix avec un passé qui hante encore de nombreuses familles.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire