Festival de Venise 2019 banniere

LE SECRET DES FRERES MC CANN

Un film de Tim McCanlies

Trop de symboles

Un jeune garçon (Haley Joel Osment) est déposée par sa mère dans une bicoque isolée, où vivent ses deux oncles (Michael Caine et Robert Duvall). Partie soi-disant pour les besoins d'un travail, elle ne reviendra pas à la fin de l'été. Et le jeune homme va devoir s'adapter au caractère à priori hostile et fortement original de ses deux parents...

Secondhand Lions est un film hésitant. C'est certainement ce qui fait sa faiblesse. Car pas moyen de savoir s'il s'agit là d'une comédie de mœurs sur deux vieux roublards coincés, d'un film d'aventure et d'initiation, d'un film d'arnaque, ou encore d'un portrait intimiste d'une vie ratée. Tous cela à la fois finit par faire un peu trop, d'autant que les symboles sont légions, et frisent le ridicule, lors de scènes de somnambulisme au bord d'un plan d'eau ou d'arrivée du fameux Lion.

La force du film réside, elle, dans son interprétation. Les deux sexagénaires (Caine et Duvall) donnent dans la tendresse complice et la folie douce pour le premier et dans le désespoir contenu et la force volontaire pour le second. Face à ces deux monstres, Haley Joel Osment (Sixième Sens, A.I., Un monde meilleur…) ne démérite pas et s'impose en jeune homme réfléchi et dynamique. Reste un film bancal, où les amusantes reconstitutions d'un passé glorieux et enjolivé, dénotent avec un ton global volontairement nostalgique.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire