Banniere_Festival_Lumiere_2020

SATURDAY FICTION

Un film de Lou Ye

Un honnête thriller en noir et blanc

1941. Quatre ans après son dernier tournage, sur lequel elle a eu une liaison avec le metteur en scène, l’actrice Jean Yu revient à Shanghai, ville occupée par les Japonais, pour jouer dans une pièce de celui-ci. Mais sa véritable motivation est questionnée par la presse locale, son mari étant porté disparu…

Saturday fiction film image

"Saturday Fiction" débute par une scène de tournage, dans laquelle un homme s’enfuit avec une ouvrière, alors que la grève fait rage. Faisant ensuite un saut dans le temps de 4 ans, voici que l’actrice en question revient à Shanghaï, poursuivie par des hordes de journalistes. Jouant tout du long avec la notion de « rôle » et donc de jeu, le nouveau film de Lou Ye ("Nuit d’ivresse printanière", "Mystery") est thriller d’espionnage de plutôt bonne facture.

Doté de multiples renversements de situation, il bénéficie de plus d’un noir et blanc particulièrement léché. L’intrigue, si elle n’est pas forcément limpide de bout en bout, a le mérite de souligner l’imbroglio politique de l’époque, en mêlant intérêts chinois, japonais, français et britanniques. Au milieu de cela, usant de son charme, le personnage interprété par Gong Li oscille entre proie, appât et manipulatrice. De quoi enchanter les fans de cette actrice multi-facettes.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE

Laisser un commentaire