Parce qu'on en a jamais assez !

ROMANZO CRIMINALE

Un film de Michele Placido

Trois portraits passionnants

Après avoir enlevé un riche bourgeois, dans les années 70, une bande de petits criminels fait peu à peu régner sa loi sur Rome, délogeant les caïds locaux comme les barons de la drogue. Un enquêteur va tenter de les faire tomber…

Romanzo Criminale nous conte sur près de deux heures trente, la gloire et le déclin un trio de petits malfrats, aussi inconscients qu'organisés, aussi avides de pouvoir qu'humains. Découpé habilement en trois parties, ou trois portraits de durées inégales, le film de Michele Placido est une passionnante description de l'une des pages sombres de l'histoire contemporaine italienne. Disséquant les relations entre mafias, gangsters, fonctionnaires véreux, brigades rouges et monde de la nuit, le film ne sacrifie jamais au suspense facile et son scénario tricote des situations d'affrontement et de complicité crédibles de bout en bout.

On suit avec passion et inquiétude les parcours divers de ces gamins devenus puissants, jouant à se donner des surnoms (le libanais, le froid et le dandy) aussi ridicules que peu représentatifs de la complexité de leur personne ou de leur rôle. Anna Mouglalis jette entre eux sa troublante beauté, source de convoitises et de tromperies. Elle n'est qu'un des symptômes de la détérioration d'une confiance et d'un système que le réalisateur donne à voir avec habilité. Du grand cinéma italien, dans la lignée de Nos meilleures années, côté polar.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire