RADIOACTIVE

Un film de Marjane Satrapi

Désintégration cinématographique

Marie est une scientifique qui n’a pas peur d’imposer ses idées et ses méthodes dans un monde dominé par les hommes. Durant des années, elle va étudier la radioactivité, d’abord seule, puis avec l’aide de son conjoint, Pierre. Ensemble, ils découvriront deux nouveaux éléments et atteindront une renommée internationale. Mais ils devront accepter les conséquences de leurs trouvailles…

Radioactive film image

Après une première tentative en anglais, avec "The Voices", une comédie déjantée, Marjane Satrapi continue dans la langue de Shakespeare pour s’attaquer à une histoire profondément… française ! Car comme son titre peut l’indiquer (oui, il ne s’agit pas d’une mise en images de la chanson d’Imagine Dragons), le film s’intéresse à Marie Curie, l’éminente scientifique ayant consacré la grande majeure partie de ses travaux à l’étude de la radioactivité. Certains se rappelleront qu’en 2017, un biopic avait déjà été consacré à cette femme hors-du-commun, mis en scène par Marie Noëlle et dont l’accueil fut des plus mitigés. Malheureusement, l’hommage ici ne sera pas non plus à la hauteur, transformant le récit de sa vie en une vulgaire hagiographie sans aucune envergure ou émotion.

Pourtant, c’est un euphémisme d’affirmer que le parcours de Marie Curie est captivant, cette immigrée polonaise étant rejetée aussi bien pour ses origines que pour ses refus de se taire face aux hommes dans un monde scientifique phallocrate. Avant-gardiste et foncièrement indépendante, elle ne cessa d’affirmer sa liberté, de parole ou sexuelle, quitte à choquer une société pas encore prête pour un tel progressisme. Pionnière sur ses idées, la chercheuse l’était tout autant dans son métier, n’hésitant pas à déconstruire les théorèmes précédents pour faire avancer ses domaines de prédilection, la physique et la chimie. Accompagnée par son mari, Pierre, elle découvrira notamment deux éléments : le radium et le polonium, révolution qui permit au couple d’accéder à la gloire et d’obtenir enfin la reconnaissance de leurs pairs.

De ce parcours extraordinaire, la réalisatrice de "Persepolis" n’en retient que des couches superficielles, une succession de saynètes peu inspirées, entrecoupées par des flashforwards de très mauvais goût (mention spéciale à l’explosion d’Hiroshima, proche d’une parodie du Palmashow). Jamais la passion qui animait celle qui est encore aujourd’hui la seule à avoir obtenu deux Nobel dans des disciplines différentes ne transparaît à l’écran. On aurait aimé ressentir son besoin viscéral de marquer l’Histoire (ses recherches la détruisant littéralement de l’intérieur) tout comme voir l’esquisse d’une réflexion autour de la conscience de cette intellectuelle d’avoir engendré des protocoles pouvant être détournés de leur but premier. Le résultat ne sera rien de tout ça. Reconstitution sans âme, chronique sans point de vue, et drame à l’esthétisme questionnable, "Radioactive" vaut le détour uniquement pour le talent de son actrice principale, la trop rare Rosamund Pike. Pour le reste, il y a plus de subtilité et d’ampleur sur la fiche Wikipedia de Marie Curie…

Christophe BrangéEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE

Laisser un commentaire