Banniere Festival de Berlin - Berlinale 2024

RACE FOR GLORY : AUDI VS LANCIA

Un film de Stefano Mordini

L’effet d’un pneu crevé

Le géant de l’automobile, Audi, domine sans partage le monde du rallye. Mais l’écurie italienne Lancia compte bien se faire un nom et rivaliser avec l’ogre allemand. Et pour y arriver, elle va pouvoir compter sur son charismatique directeur, Cesare Fiorio…

Les films de voitures ont le vent en poupe. Sans compter les innombrables "Fast and Furious", et en guettant l’arrivée du très attendu "Ferrari" de Michael Mann, Hollywood nous avait déjà offert récemment l’adaptation du populaire jeu vidéo "Gran Turismo", ou encore un biopic sur Ferruccio Lamborghini ("Lamborghini, l’homme derrière la légende", avec Frank Grillo dans le rôle-titre). Cette fois, c’est à l’affrontement entre deux écuries au cœur de la poussière des routes de rallye que s’est intéressé le réalisateur Stefano Mordini. À l’exception des initiés, il est probable que peu d’entre vous aient entendu parler de cette année 1983, où la rivalité était à son paroxysme entre le géant allemand Audi, et l’écurie italienne qui se faisait remarquer, Lancia. C’est précisément au cœur de cet épisode que le métrage vrombissant va nous plonger, plus exactement dans les coulisses, là où une légère modification sur une suspension peut tout faire bousculer, et où le changement de roues motrices amorce une révolution de l’automobile.

Dans cette course effrénée vers le succès, ce n’est pas tant au sort des pilotes qu’on s’intéresse mais à celui des véhicules. Remporter le championnat conducteur, c’est bien ; triompher au classement constructeur, c’est la raison d’être de ces hommes de l’ombre. Rapidement, on comprend que ce duel entre les deux firmes sera incarné par une confrontation entre l’arrogant Roland Gumpert et le charismatique Cesare Fiorio. Malheureusement, et malgré le talent de ces deux comédiens, Riccardo Scamarcio et Daniel Brühl, la caméra ne parviendra jamais à retranscrire la ferveur de l’époque, l’adrénaline des paddocks et la tension qui agitait le circuit. Plus proche d’une production de fond de catalogue d’un service de SVOD que d’une véritable œuvre pour le grand écran, "Race for Glory" a le simple mérite de retracer un épisode du sport automobile de manière compréhensible pour les néophytes. Mais pour ce qui est des frissons et de l’excitation de l’asphalte, il faudra se tourner vers d’autres projets, celui-ci se contenant du strict minimum, y compris lorsque les bagnoles tutoient les chemins de terre. Circulez, il n’y a rien à voir !

Christophe BrangéEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE

Laisser un commentaire