QUI A TUE BAMBI ?

Un film de Gilles Marchand

Un petit bijou du film noir

Dans un hôpital relativement moderne, une jeune fille, élève infirmière, soupçonne un des médecins les plus renommés, d'éliminer discrètement certaines de ses patientes. Ne convaincant personne, elle va mener sa propre enquête au péril de sa vie, car le médecin semble au-dessus de tous soupçons, et s'intéresse de près à cette jeune fille trop curieuse…

Attention voici un petit bijou de film noir, à mi-chemin entre l'angoisse et l'enquête policière classique, écrit et réalisé par le scénariste de " Harry un ami qui vous veut du bien ". Le sujet, qui peut paraître classique, où un personnage part en quête de la vérité alors que son entourage s'oppose à elle, prend tout son importance dans l'ambiance qui est distillée par le scénario et la réalisation.

Car jamais le réalisateur n'abuse des effets de surprises. Il installe simplement une ambiance délétère et parfaitement dosée où les regards posent les barrières de leur relation comme dans certains films d'Henry Georges-Clouzot. Bien sur ce genre de jeu impose des acteurs et des actrices parfaitement impliqués dans leur rôle, ce qui ici est le cas.

La jeune Sophie Quinton et Laurent Lucas apportent leur magnétisme à leur personnage respectif, et la relation qui s'établit entre eux est emplie d'une tension progressive tout en s'inscrivant par moment dans un jeu dangereux mêlant séduction et érotisme. D'autre part le réalisateur Gilles Marchand pose sa caméra dans un hôpital ultra-moderne( vu la propreté des lieux et le peu d'encombrement dans les couloirs) où le côté glacial ressort subtilement d'autant que la plupart des scènes se déroulent au crépuscule ou en pleine nuit.

Ce côté aseptisé et métallique dénote avec la douceur de la jeune infirmière et les éclairs parfois bestiaux dans le regard du médecin. Le bâtiment devient alors un des personnages à part entière mais aussi une des victimes, blessé dans sa chair par les actes d'un fou dangereux. Les autres personnages complètent le tableau en surgissant dans la vie des deux principaux protagonistes à tous moments, en accélérant le rythme de l'histoire, sans compter celui du cœur du spectateur !!

Bien sûr, on pourrait reprocher un manque d'action ou de rythme à ce film, mais se serait faire abstraction de la volonté du réalisateur-scénariste de vouloir à tout pris nous faire prendre part à son jeu. Et puisque pour une fois, un film noir, angoissant, ne se sert pas d'un rythme effréné pour pallier les indigences scénaristiques, il faut absolument en profiter.

En définitive, encore un film présenté au festival de Cannes hors-compétition( mais qui aurait bien mérité d'y participer ), qui rempli parfaitement son contrat, en promenant le spectateur de bout en bout, grâce à des acteurs et un scénario au diapason.

Guillaume BannierEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire