Banniere_Festival_Lumiere_2020

QUAND TU DESCENDRAS DU CIEL

Un film de Eric Guirado

Un film cruel sur la ville et l'exclusion

Jérôme (Benoît Giros) quitte sa ferme pour se rendre à la ville, espérant gagner de l’argent pour sauver l’exploitation de sa mère…

Parti d'un fait divers récent, la déportation des mendiants en dehors de certains villes moyennes principalement dans le Sud de la France, Eric Guirado a écrit un court métrage aujourd'hui devenant grand ou plutôt… long. Dans " Quand tu descendras du ciel ", il s'intéresse au destin de jeunes gens venus de la campagne, et de clochards, n'ayant trouvé en ville, qu'exclusion et mépris.

De foyer en banc public, son héros, plus naïf qu'arriéré, se fait rejeter par sa sœur, qui lui reproche de ne s'intéresser qu'au devenir de sa ferme, puits sans fond pour les économies de la famille, puis par les clochards eux-mêmes. Le réalisateur aborde ainsi les difficultés de la situation d'agriculteurs, l'attachement à la terre, la situation de précarité en ville, la différence et l'exclusion qui peut aller de paire en ville.

La vision de la campagne apparaît il est vrai, un peu trop idyllique sur la fin, mais son propos n'est jamais misérabiliste. Il est toujours juste et humain, à l'image de ses personnages, qui cherchent une épaule, une aide, une âme compatissante et charitable. Serge Riaboukine donne toute sa puissance à ce clochard légèrement allumé qui en toute dignité va jusqu'à demander une télécommande au vendeur de téléviseurs devant la devanture duquel il couche. Tandis que Benoît Giros fait des début prometteurs, en ahuri révolté.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

À LIRE ÉGALEMENT

Laisser un commentaire