Bannière Reflets cinéma ibérique et latino américain 2020

LES PROFS

À réserver à un public de moins de 13 ans…

Les résultats du bac viennent de tomber, le Lycée Jules Ferry est bon dernier avec la piètre moyenne de 12% de réussite. Devant la situation catastrophique de cet établissement, dont les effectifs, comme les résultats, ne cessent de chuter, l’académie tente le tout pour le tout ! Si les meilleurs profs ont échoués, recrutons les pires profs pour les pires élèves…

Le film est adapté de la BD éponyme, c’est un début d’explication… Mais ça ne suffit pas à sauver le tout. Surtout si l’on sait que cette BD n’est pas forcement un modèle du genre. Là où un Petit Nicolas, un Petit Spirou ou à la limite un Elève Ducobu méritent une adaptation, les Profs aurait pu nous être épargnés…

Car le film "Les Profs" franchit clairement le seuil critique qui sépare l’humour subtil de la niaiserie débile. Dommage, puisque le monde enseignant nous offre naturellement un panel incommensurable de domaines de moquerie, nul besoin d’en forcer le trait ! Trop de caricature tue la caricature !

Malgré tout, on comprend l’intention de PEF, réunir les personnages fantaisistes de cette BD face au pires élèves du pire Lycée, imaginer le scénario qui fera de ce cocktail simple une vraie comédie. Malheureusement, le film ne séduira bien que les jeunes écoliers (13 ans, guère plus)… Les autres auront hâte que ça s’arrête.

Même si, côté interprétation, on apprécie la performance toute en justesse de Christian Clavier, en prof de maths « Touriste ». Lui, qui agace souvent lorsqu’il tombe dans les excès de gesticulations, est parfait en prof hyper-cool, adepte du bio et carrément tire-au-flanc. Son interprétation, plus subtile, aurait du inspirer le reste du casting pour sauver le film… Kev Adams, nouveau comique suivi par les ados et acteur principal de la série "Soda", interprète Boulard, un cancre de tradition familiale. Avec ce film, il reste dans son registre de prédilection, puisque le thème de son One Man Show tournait déjà autour des profs. Malheureusement, on n’y retrouve aucun de ses talents : il n’est ni drôle, ni juste.

On a souvent l’impression de regarder une mauvaise série TV pour adolescents. Préfabriquée, mal jouée, avec une belle morale sauve à la fin… Il ne manque plus que les rires en boites.
A oublier très vite…

Loreleï Colin-MoreauEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire