Banniere Festival de Cannes 2021 sélection quotidiennes critiques

PRIEST

Blade runner apocalypse !

Au milieu d'un monde ravagé par les guerres entre les humains et les vampires, les hommes vivent désormais dans des cités gérées par l'Eglise. Les Priest, prêtres combattants formés par l'Eglise, sont devenus inutiles depuis la victoire de l'humanité, et n'arrivent plus à trouver leur place dans ce monde. Mais alors qu'on croyait la menace vampirique enrayée, celle-ci refait surface...

Ancien infographiste au sein de la société The Orphanage (il a notamment travaillé sur « Mars Attacks ! », « Sin City » ou « The Host »), Scott Stewart aura attendu 2010 pour se lancer à son tour dans la réalisation, annonçant d’entrée de jeu la production de deux films interprétés par le charismatique Paul Bettany. Sortie l’année dernière dans l’indifférence générale, « Legion – l’Armée des anges » n’était finalement qu’une série B de plus, actionner biblico-redneck plein jusqu’à la gueule d’effets spéciaux foireux et de flingues turgescents.

Vaguement adapté d’un manwha (manga coréen) post-apocalyptique, « Priest » ne change en aucun cas la donne, malgré des moyens autrement plus ambitieux et une imagerie remise au goût du jour par les récents « la Route » et « le Livre d’Eli ». Ponctué de combats poussifs bourrés de ralentis hideux, (mal) interprété par des acteurs en roue-libre (Karl Urban fait vraiment peine à voir), bouffant à tous les râteliers niveau influences (cela va de « Blade Runner » à « Resident Evil Apocalypse »…), converti en 3D à la va comme je te pousse, ce « Priest » faussement cool se plante royalement dans tout ce qu’il entreprend. D’ailleurs je n’ai plus rien à dire dessus !

Frederic WullschlegerEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE

Laisser un commentaire