Banniere Festival de Venise 2022 ( Mostra del Cinema de Venezia 2022

POSSESSED

Un film de Lee Yong-ju

L'exorciste coréen

Hee-jin, une jeune étudiante, reçoit un appel de sa mère lui apprenant la disparition soudaine de sa sœur cadette So-jin. Convaincue que cette disparition est liée à la recrudescence des décès dans le quartier, elle décide de mener sa propre enquête, au péril de sa vie et de sa raison...

Vous aussi, vous en avez marre de ces histoires de fantômes aux longs cheveux noirs surgissant de n'importe où pour effrayer la pauvre ménagère ? Alors ce "Possessed" atypique est fait pour vous ! Atypique, car loin des clichés habituels du genre, le premier long-métrage de Lee Yong-ju pratique un cinéma plus en phase avec la réalité sociale de son pays. Point de malédiction ancestrale, mais un fantastique feutré et symboliste, décryptant avec minutie les pratiques religieuses contradictoires des coréens, tout en créant de magnifiques images empreintes de paganisme asiatique.

Coincés entre tradition chamanique et fanatisme chrétien, les protagonistes semblent étouffer au sein même du cadre, à l'image de ce spectre revanchard, résultat d'un exorcisme ayant mal tourné. Malgré un rythme et une interprétation défaillants, "Possessed" conserve son parfum d'étrangeté « lynchienne » (ce héron picoreur de dents...), alternant discussions théologico-métaphysiques et séquences de terreur rondement menées, croquant des personnages secondaires pittoresques (la sorcière, le gardien de l'immeuble) et s'attardant avec minutie sur les préparatifs d'un cérémonial païen tournant au cauchemar. En bref, un petit film bien plaisant.

Frederic WullschlegerEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire