Bannière Reflets cinéma ibérique et latino américain 2020

POISSONSEXE

Un film de Olivier Babinet

Déroutant...

Alors que les poissons ont disparu des océans et que la dernière baleine est suivie à la trace par toute l’humanité, Daniel, un chercheur, découvre une étrange créature échouée. Celle-ci semble vouloir communiquer, mais ses messages se mélangent avec ses propres obsessions : trouver une compagne et avoir une descendance…

Poissonsexe film

Alors que vient tout juste de sortir la comédie cynique "Effacer l'historique", qu’il a co-réalisée avec son complice de toujours Benoît Delépine, Gustave Kervern est à l’affiche de ce film d’anticipation français, sans grand budget mais doté d’un vrai fond, culotté mais tout de même quelque peu décevant. Transposant les enjeux de reproduction d’espèces en voie d’extinction (ici l’ensemble des poissons...) à l’être humain, avec un personnage principal en quête désespérée d’une partenaire, "Poissonsexe" nous entraîne dans une histoire improbable mêlant peut-être un peu trop de pistes.

Si l’introduction intrigue réellement, si les allusions politiques à une société particulièrement tendue séduisent (l’arme volante contre les soulèvements populaires, l’interview affirmant que tout est extrême, « même la déprime »...), si le ton cynique est réjouissant (la scène de sexe entre « 2 êtres supérieurs » en dit long sur notre espèce), certaines touches d’émotion sont amenées peut-être un de manière abrupte (la première rencontre…), ne laissant pas au spectateur le temps de l’empathie, et l’ensemble a du mal à emprunter un chemin narratif très clair. Restent une ambiance visuelle et une tonalité de fin du monde, dans un film qui a cependant du mal à faire exister son personnage central en tant qu’être réellement humain.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE

Laisser un commentaire