Bagniere comedies_confinement-04

LA PERSONNE AUX DEUX PERSONNES

Un film de
Avec

Le plein d'idées... pas toujours bien placées

Alors qu'il est en train de conduire, le chanteur sur le retour, Gilles Gabriel, renverse un employé de bureau. Sonné, ce dernier s'assoit sur la bordure de trottoir, découvrant que le conducteur est mort, mais entendant une étrange voit autour de lui. Serait-ce celle du chanteur qui aurait intégré l'intérieur de son crâne?

Les metteurs en scène de l'adaptation française de « The office » (« Le bureau ») passe au grand écran, avec une comédie aussi riche en idées que finalement mal fagotée. Bercée par une conception assez terrifiante du monde de l'entreprise, cette histoire à la limite du fantastique, aligne les situations forcément improbables, sans pour autant décrocher de nombreux rires. D'entrée, les réactions du personnage principal (Auteuil), agacent, par excès de mimiques, comme par leur aspect forcé (il parle à son sandwich... se souciant finalement bien peu de ce qui se passe autour... et des questionnements qu'il peut susciter). Et elles finissent par terroriser de ridicule, avec notamment le morceau de bravoure lors de la fameuse convention du groupe.

Hormis la scène des toilettes, vue dans la bande annonce, le comique ne prend que rarement. Et les meilleures scènes, aussi appréciables que fantasques, sont finalement celles qui jalonnent le générique de fin, mais qu'on ne peut malheureusement révéler ici, de peur de gâcher l'intrigue. Restent le talent des acteurs, qui font de leur mieux pour paraître crédibles, à commencer par Auteuil, persévérant mais rarement attachant, et Marina Foïs, merveille de rigidité fragile. Et aussi quelques bonnes idées, comme l'appartement à la Défense, qui donne sur un bouchon permanent. Pas de quoi s'éclater pour la fête du cinéma...

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

À LIRE ÉGALEMENT

Laisser un commentaire