Banniere_Festival_Animation_Annecy_2020

PAS SI SIMPLE

Un film de Nancy Meyers

50s love triangle

Jane et Jake ont divorcé il y a 10 ans. Depuis, Jake s’est remarié avec une jeune femme de 25 ans de moins que lui, et Jane est restée célibataire, s’occupant de ses enfants et de sa boulangerie. A l’occasion de la remise de diplômes d’un de leurs enfants, ils vont être contraints de se revoir. Et lors d’une soirée un peu trop arrosée, ils finiront dans le même lit…

Nancy Meyers fait partie de ces réalisateurs qui savent faire des comédies, de sacrément bonnes comédies ! Après les succès de « The holiday » et « Ce pensent les femmes », la réalisatrice de l’excellent « Baby boom » revient en force avec une comédie romantique mettant en avant la difficulté à retrouver l’amour après un divorce quand on est quinquagénaire. Sujet d’autant plus d’actualité que les divorces de couples à l’approche de la retraite deviennent de plus en plus fréquents.

Ici, notre héroïne est tiraillée entre les sentiments qu’elle a envers son ex-mari (Alec Baldwin) et la volonté de se laisser aller à découvrir quelque chose de nouveau avec un parfait inconnu (Steve Martin). Cette sorte de triangle amoureux est loin d’être ridicule, et les sentiments de chaque personnage ne sont pas magnifiés pour rendre certaines situations comiques. C’est pour cela que malgré le genre choisi, le film reste juste, évitant d'emprunter les codes d’une farce ou d’un vaudeville.

Le personnage le plus comique de l’histoire est celui du beau-fils, interprété par John Krasinski (vu cette année dans « Away we go »), qui est le témoin silencieux des dérapages de ses beaux-parents, et cherche à tout prix à préserver sa future femme de cette vision d’horreur.

Pour certains, la sexualité de personnes de plus de 50 ans est considérée comme peu ragoûtante sur grand écran, mais là réside le talent et la subtilité de la réalisatrice. C’est avec un œil amusé et aimant envers ses personnages, qu’elle nous montre ce couple attendrissant qui renoue avec ses premiers émois. Alec Baldwin, même bedonnant, en devient absolument craquant, et Meryl Streep rayonne par son sourire et sa simplicité.

« Pas si simple » est vraiment LA comédie de fin d’année qui fait du bien, au cours de laquelle on rit, on s’attendrit et on oublie tout pendant un moment.

Véronique LopesEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire