Bannière Reflets cinéma ibérique et latino américain 2020

LE PARFUM DE LA CAROTTE

Programme inégal

Un lapin cuisine son fameux gâteau à la carotte. Mais son ami et voisin du dessus, un écureuil vivant dans le tronc d'arbre, finit par être incommodé par l'odeur. Ce dernier décide de déménager de nuit...

"Le Parfum de la carotte" est une collection de 4 court-métrages accessibles aux plus de 3 ans, autour des carottes et autres légumes, ayant en commun de mettre en avant la notion de cuisine, mais aussi et surtout de partage. Il y a d'abord le sympathique "La Confiture de carottes", en papier découpé, soulignant les contours des personnages et objets par une bande blanche, qui narre la « déconfiture » de deux lapins, coincés en leur terrier en plein hiver et à court de carottes pour concocter leur recette. Les voilà partis, sur fond de carte des mers et d'étranges îles, à la recherche d'un lieu où les carottes nagent librement dans les eaux. Un conte aimable et poétique dans lequel les légumes sont des êtres à part entière, mais qui s'avère presque trop court (6 minutes). S'ensuit "La Carotte géante" (6 minutes également), au dessin rudimentaire, soulignant les contours des visages et objets d'un simple trait de couleur, allié à quelques aplats. Il décrit une poursuite en cascade, d'une souris jusqu'à un papy ayant besoin d'une carotte pour sa soupe.

Plus élaboré, et de nouveau basé sur une technique de papier découpé, "Le Petit Hérisson partageur" (seulement 5 minutes) met en scène un petit égoïste plein d'épines apprenant à partager sa pomme, et d'autres ingrédients pour un beau pique-nique, tels une citrouille, des glands, ou des carottes... Un joli aperçu de camaraderie entre hérisson, souris, lapin et écureuil. Les deux derniers se retrouvent d'ailleurs en héros du court-métrage final, qui donne son nom au recueil, "Le Parfum de la carotte", où la cuisine de l'un entraîne le déménagement de l'autre et sa capture par un renard. Une histoire d'entraide qui livre malheureusement le minimum en terme d'intrigue, mais dont la déception est largement compensée par la beauté et la chaleur d'un dessin coloré et rassurant, et une amusante approche musicale.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire