Parce qu'on en a jamais assez !

P.S.

Un film de
Avec

Laura Linney formidable dans un récit désenchanté et cruel

Hormis le mystère qui entoure cette sorte de réincarnation supposée que représente l’élève, le film de Dylan Kidd est surtout l’occasion pour le personnage de Laura Linney de regarder en face son passé et de faire enfin le deuil d’une histoire avortée. Le jeune homme (Topher Grace, sensuel et curieux) et sa meilleure amie (ou ennemie, selon), vont l’y aider ou plutôt l’y forcer.

Mais au-delà de cette analyse subie, c’est le regard sur la vie que porte le personnage de Laura Linney qui est passé au crible. Désillusions, tristesse et peur transparaissent tour à tour dans les yeux de cette monumentale actrice, et trouvent leur pleine expression dans une scène d’une infinie cruauté, où elle singe avec son jeune amant, un morceau de vie de couple, usé. Un malaise s’installe alors, et ne vous quittera plus.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire