Banniere_Festival_Lumiere_2020

P.S. I LOVE YOU

P.S : I HATE YOU

Holly et Jerry sont un couple amoureux menant une vie parfaite. A la suite de la mort soudaine de Jerry, Holly sombre dans une dépression. C'est alors qu'elle reçoit une lettre, la première d'une série de dix, rédigées par Jerry avant sa mort. Ces lettres, agencées tel un jeu de piste, lui donnent des instructions de choses à faire pour, à terme, tourner la page et enfin réapprendre à vivre...

Le syndrome du scripte déjà vu 100 fois qu'on nous ressort éhontément de façon à peine voilée a encore frappé. Lorgnant vers le Marc Lévy de "Si c'était vrai ?" (pour situer le niveau abyssal de la chose), cet énième mélo sur le thème archi rebattu de l'amour plus fort que la mort est un pensum total.

Entre deux crises de larmes et quelques relants fantastiques (le défunt apparait à son épouse, bla bla bla ...), pas grand chose à se mettre sous la dent si ce n'est la vision surréaliste de Gérard Butler (le Léonidas de 300 quand même !!!) en époux post-mortem aux longs regards langoureux.

Alors certes on peut arguer que je n'ai aucun coeur et que je vocifère dès qu'un bon vieux mélo des familles pointe le bout de son nez, n'empêche que celui-ci est surtout un bon vieux nanar ! Absence de rythme, bons sentiments périmés, acteurs à la dérive, vision hypocrite de l'amour, bref le film aligne les défauts comme des perles. Sur le même thème, The Fountain sortait fin 2006, et c'était bien...

Thomas BourgeoisEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire