Parce qu'on en a jamais assez !

N.W.A – STRAIGHT OUTTA COMPTON

Un film de F. Gary Gray

Un biopic explosif et jouissif sur les fondateurs du Gansta Rap

Cinq gamins d’un quartier défavorisé de Los Angeles qui vont devenir les rois du Gansta Rap : telle est l’histoire du groupe N.W.A. Avec leur plume aiguisée et leurs rimes riches, ils vont s’adresser à toute une jeunesse épuisée des violences policières et du racisme ambiant…

N.W.A, un nom de légende pour tous les amoureux du rap game. Dr. Dre, Ice Cube, Eazy-E, tous les trois réunis dans le même groupe, envoyant des punchlines à une Amérique qui n’osait pas encore regarder ses maux, dénonçant le racisme et les violences policières. Dire que ce biopic musical était attendu par tous les aficionados de ce genre musical est très largement un euphémisme, la sortie américaine du film ayant concordé avec l’arrivée du troisième et dernier album, tout autant attendu, de Dr. Dre. Phénomène de l’été outre-Atlantique, le métrage est bien plus qu’une ode à la gloire de ces gamins ayant préféré la plume aux armes. Car il montre les hommes derrière les paillettes, les larmes et les tourments de ceux qui clamaient fuck the police sur scène mais qui se faisaient dépouiller par un manager peu vertueux.

Evidemment porté par une bande-son explosive, "Straight Outta Compton" puise dans la rage de ces paroles engagées pour trouver son énergie et son rythme endiablé. Durant plus de deux heures, le spectateur est alors embarqué dans les coulisses du « groupe le plus dangereux » comme aiment le rappeler les affiches françaises. Entre alcool, drogue et orgies, le film parvient à trouver le ton juste pour raconter les aventures de cinq gamins de Compton plongés dans la gloire du jour au lendemain à une époque où le rap n’était même pas considéré comme de la vraie musique. En refusant d’ériger ses protagonistes comme des héros, le métrage prend des contours bien plus intéressants, où les fêlures et les drames prendront le pas sur les mélodies revendicatrices.

Si le film aurait mérité d’éluder certains étapes de ce parcours au lieu de simplement les évoquer, en particulier pour le traitement de la carrière de Dr. Dre, le scénario bénéficie d’une incroyable maîtrise, où l’émotion et la tension grandissent au fur et à mesure des minutes. Usant de second degré et d’humour, ce drame musical multiplie les tonalités pour captiver en permanence le spectateur et surprendre même les plus férus du groupe. Outre toutes ces qualités, "Straight Outta Compton" peut également compter sur des comédiens particulièrement investis. Si on s’attendait à ce que O'Shea Jackson Jr excelle dans l’interprétation de son père (Ice Cube), nous n’avions pas vu venir la prestation époustouflante de Jason Mitchell, dont l’aura envoûtante hante aussi bien la pellicule que nos esprits. La plongée est totale et enivrante, à tel point que la remontée sera difficile.

Christophe BrangéEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire