Parce qu'on en a jamais assez !

MY ENTIRE HIGH SCHOOL SINKING INTO THE SEA

Expérience visuelle au scénario bien bordélique

Rédacteur dans le journal du lycée, Dash découvre par hasard un rapport stipulant que leur établissement n'est pas aux normes antisismiques. Il tente en vain de prévenir ses camarades, jusqu'au jour où une secousse détache l'école toute entière de la cote...

"My entire high school…" semble au premier abord être une histoire classique de teen-movie : Dash, écrivant dans la gazette du lycée, et son meilleur ami Assaf sont bien décidés à connaître le succès, quitte à écrire des articles délétaires type "trash-talking". Mais alors que Dash découvre la romance entre Assaf et Verti, l’éditrice de la gazette, un tremblement de terre a lieu... Et ce dernier phénomène, va faire basculer progressivement le film vers un récit plus éclaté, façon survival mâtiné de "Titanic", le but étant pour un groupe d’élève, d’aller vers les étages les plus élevés du lycée pour survivre.

L’animation, qui avait d’abord commencé de manière un peu brouillonne avec des personnages aux contours en gros traits noirs et aux à plats de couleur, sur fond de décors entre peinture grossière et pastels, se muent en fonction des scènes et des personnages. Ainsi, chacun a doit à son flash-back dans un style graphique différente, telle la fille afro-américaine, dont l’histoire se déroule sur du papier avec lignes… Mélange de genres, "My entire high school…" aligne ainsi les styles (silhouettes de couleurs et collages, plastique plié avec lumière pour représenter l’eau…) et les personnages borderline (la cuisinière butch, Lady Larain, le chef de l’équipe de foot devenu Roi…). Et tout cela finit par devenir bien indigeste.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire