Bannière Festival film court Villeurbanne 2019

LE MONDE SECRET DES EMOJIS

Un film de Tony Leondis

Placements de produits

Jeune Emoji, fils de deux parents « Bof » (comprendre « faire la moue » ou « faire la fine bouche »), Bof ne parvient pas à stabiliser l’expression qu’il est censé incarner. Alors qu’il intègre pour la première fois la file d’attente des Emoji du smartphone de Nathan, il est pris de panique et provoque la rupture du système. Menacé d’être effacé, il va tenter de sauver sa peau et d’éviter que le téléphone soit réinitialisé…

Il fallait certainement s'attendre à ce que l'une des applications favorites des utilisateurs de smartphones générant les sympathiques "émoticônes" fasse l'objet d'un film. C'est donc chose faite, Sony ayant produit ce dessin animé censé donner vie à toutes sortes de logos représentant objets comme sentiments, dont fait partie le héros du film, un jeune visage jaune supposé faire la moue. Un personnage qui sert d'occasion de nous resservir le discours habituel sur les adolescents inconscients et le besoin de trouver sa place dans le monde.

Si la scène d'introduction présentant le personnage et le monde des Emoji (Textoville) fourmille de détails sympathiques et amusants (il faudrait presque la voir au ralenti pour vraiment profiter du niveau de détail), la plongée dans le système de l'application commence à sentir le tiré par les cheveux. Ce qui reprend globalement les bases d'un film d'anticipation (chacun à sa place selon son rôle prédéfini, les divergents devant être détruits) tourne malheureusement vite à la succession de placements de produits stériles, lorsque les deux personnages principaux se font aider pour passer d'une appli à une autre. Certes, la caricature de certaines applications est amusante et la méchante au sourire ultra-brite figé est limite flippante, mais le scénario reste bien mince, l'animation pas particulièrement inventive, et les gags vraiment orientés vers les plus petits. Le tout achève de faire du "Monde secret des Emoji" un film gadget.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire