Bagniere comedies_confinement-04

MISSION PAYS BASQUE

Un film de Ludovic Bernard

Échec de la mission

Sybille, cadre pour un groupe de grande distribution, est chargée de racheter une boutique dans le Pays basque pour y implanter un de leurs magasins. Après avoir obtenu la signature du gérant, elle rentre à Paris mais un imprévu se présente : la vente ne peut être validée que si le neveu du gérant signe le papier. La voilà donc repartie en terre basque…

Disons-le tout de suite, le long-métrage de Ludovic Bernard n’est rien de plus qu’une simple comédie (comme on en voit trop souvent) dont le scénario est cousu de fil blanc, qui ne fait qu’empiler les clichés sur le Pays basque entre affirmation de leur culture, catalogue des produits locaux, lutte indépendantiste… Bref, tout ce à quoi on s’attend pour ce genre de comédie sur une telle région.
Le scénario est simple, les dialogues sont d’une banalité à tomber, tout comme certaines situations ridicules au possible. Le sourire ne vient que rarement ce qui est, avouons-le, assez problématique lorsqu’il s’agit d’une comédie. Néanmoins certains y trouveront peut-être leur compte.
Côté casting, on notera le premier rôle important de l’humoriste Florent Peyre (après une apparition dans "Raid dingue"), celui de Ramuntxo, un Basque qui vient de sortir de prison et tente de faire profil bas. Les scènes sérieuses sont faiblardes et il n’imprime pas le poids du passé de son personnage qui garde son mutisme. Quant à Élodie Fontan, elle tient enfin un premier rôle après avoir enchaîné les personnages secondaires aux côtés de ses compères masculins de "Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ?", "Babysitting 2" et "Alibi.com". Cependant son personnage doit se coltiner un jeune stagiaire, qui passe son temps à dire « des barres », interprété par le jeune acteur Damien Ferdel (qui campait un rôle similaire dans la dernière saison de la série "Fais pas si fais pas ça"). Malheureusement ce duo ne fonctionne pas et les personnages ont autant d’épaisseur qu’une feuille de cigarette.Cette comédie estivale vient se noyer dans le flot des sorties de l’été et ne devrait pas rester en mémoire une fois sortie de la salle (ou alors pour le cri du berger basque). On pourrait résumer ce long métrage comme une virée au cœur du Pays basque qui, sous le signe de la comédie, ne cesse de tomber dans les stéréotypes et les clichés. Donc un conseil : si le Pays basque vous attire allez-y directement.

Kevin GueydanEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire