Banniere Festival de Cannes 2021 sélection quotidiennes critiques

MISE A PRIX

Un film de Joe Carnahan

La Flambée du polar!

Quand un magicien de Las Vegas , limite escroc, doit témoigner contre un patron de la mafia dénommé Primo Sparazza, il est protégé par deux agents de F.B.I.. Mais voilà, un contrat est mis sur sa tête et il va attirer toutes sortes de criminels, bien décidés à l'abattre afin de toucher 1 million de dollar. C'est le début d'un drôle de jeu de cache-cache entre le magicien et les tueurs les plus barges que le cinéma n'ait jamais vu...

Ce film marque en partie un changement d'univers pour le réalisateur de Narc, adepte d'un cinéma dur, sec et sombre. Mais voilà, Joe Carnahan n'est pas adepte du compromis, et c'est donc sans concession qu'il réalise ce nouveau film, avec un point de départ assez simpliste - un cache-cache meurtrier - mais qu'il sublime avec son talent de metteur en scène.

Car très vite, on se rend compte du foisonnement aussi bien de personnages que des idées et autres répliques. Toutes les scènes sont alors pour lui et ses acteurs l'occasion de délicieux moments de plaisirs, où le ballet des corps et diverses armes suit les regards amusés, horrifiés et parfois démoniaques des tueurs et autres victimes. Associant une image colorée et des grosses variations de focales lors des prises de vue, le réalisateur apporte une touche vintage à son style, plus en phase avec des personnages hauts en couleurs comme les deux frères néo-nazis.

La musique venant se poser harmonieusement sur l'image, il ne reste plus qu'au casting, une vrai surprise, à parfaire le film. Car avec autant de personnages et d'acteurs correspondants, on aurait pu se retrouver avec une dilution de l'intrigue. Mais bien au contraire, ceux-ci renforcent tous la puissance et le nervosité du film au travers de leur passage plus ou moins express. De tous les polars un peu vintage de ces dernières années (Domino, Snatch et autres Ocean Eleven...) seul Mise à prix parvient à trouver le bon équilibre mais aussi le grain de folie nécessaire.

En fin de compte, Mise à prix est une excellente surprise, en cet été explosif, et passer à coté serait une grave erreur. Le nouveau film du réalisateur de Narc est une vrai réussite, fourmillant de scènes d'anthologie, de personnages bien barrés et de répliques plus que salées. Un plaisir évident pour tout amateur de polar stylisé mais dont la forme n'efface pas le fond.

Guillaume BannierEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire