Banniere_Fete_Court_Metrage_2021

MATAHARIS

Un film de Icíar Bollaín

Des clés pour durer en amour

Inès (Maria Vazquez), Eva (Najwa Nimri) et Carmen (Nuria Gonzalez) travaillent ensemble dans une agence madrilène de détectives privés. Toutes trois sont à un moment important de leur vie, toutes trois franchiront à leur dépend les limites entre vie professionnelle et vie privée...

Inès est infiltrée dans une entreprise et tombe amoureuse de celui qu’elle doit prendre en filature. Un choix se pose : trahir son employeur pour faire évoluer sa carrière ou trahir son nouvel amour ? Eva pense que son mari (Tristan Ulloa) la trompe. Elle le suit et découvre un secret qu’il n’a pas su lui avouer. Devra-t-elle accepter et pardonner à son époux ? Carmen aide un de ses amis à enquêter sur son associé. A ses côtés, elle se rend compte que sa vie de couple est devenue insignifiante. Doit-elle rester ou partir ?

Iciar Bollain réalise un film où s’entrecroisent les destins de 3 femmes de générations différentes, confrontées à des remises en question et des choix à faire. Difficulté entre vie professionnelle et vie privée. Leurs métiers : donner l’assurance à celui qui le décide que son couple ne va pas (infidélité, trahison…) grâce à des enquêtes dignes des plus grands paparazzi. Bollain nous montre l’évolution d’une relation de couple : prémices, milieu et fin. Les difficultés à chaque période de la relation. Sans être démago, le film donne des clés pour durer en amour  : intelligence et compréhension.

Plus facile de donner des leçons que de se les appliquer à sa propre vie. Le film nous interpelle sur les tourments et la difficulté des rapports humains. Le casting admirable rattrape les éventuelles lacunes et lenteurs du scénario. En effet le titre prometteur du film et le métier des ces jeunes ou moins jeunes femmes laissaient présager un intérêt et une intrigue beaucoup plus relevés...mais non, il s'agit juste de l’histoire et de la vie de 3 femmes… On pourrait qualifier « Mataharis » de film espagnol « à la française ». L’ambiance est similaire mais le jeu des acteurs ibériques est plus crédible que celui de leurs homologues gaulois. En bref, si certains peuvent ne pas accrocher, il s'agit tout de même d'un film agréable.

Christophe HachezEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire