Parce qu'on en a jamais assez !

MARTYRS

Un film de Pascal Laugier

L'horreur n'a pas de nom !

Lucie, une petite fille de dix ans, disparue quelques mois plus tôt, est retrouvée errant sur la route. Son corps, pourtant maltraité, ne porte aucune trace d'agression sexuelle. Les raisons de son enlèvement restent mystérieuses. Traumatisée, mutique, elle est placée dans un hôpital où elle se lie d'amitié avec Anna, une fille de son âge. 15 ans plus tard, on sonne à la porte d'une famille ordinaire. Le père ouvre et se retrouve face à Lucie, armée d'un fusil de chasse. Persuadée d'avoir retrouvé ses bourreaux, elle tire...

Plus qu'un film, « Martyrs » est un brulot, un coup de poing qui tente de déstabiliser le spectateur. Car le film de Pascal Laugier risque d'en déranger plus d'un, car aussi bien dans son propos que dans la forme mise en oeuvre, le spectateur est pris à parti, par cette histoire. A la recherche de la différence entre une victime et un martyr, le réalisateur nous entraine sur un terrain des plus horrible, où une terreur permanente attend aussi bien le spectateur que les héroïnes. Car si il y a bien un point sur lequel il est irréprochable, c'est l'horreur et la peur distillée tout au long du métrage avec une maitrise totale, grâce à l'image, à ce grain si particulier qui nous ramène quelques années en arrière, mais aussi à ces angles de vue qui mettent le spectateur au coeur de l'action.

Si la forme choque, et bien tant mieux, c'est son rôle. Le fond lui même, laisse un peu pantois, car cette volonté permanente d'être dans le coup de poing, donne l'impression de noyer le propos et donc de détourner le spectateur de la réelle morale du film. Au delà de la notion de martyr, le scénario questionnera chacun sur la vie après la mort, en mettant notamment en scène une sorte de secte néo-nazie, du moins dans ses manières et dans ses actes. Le spectateur est alors laissé seul face à ce choix cornélien de comprendre la jeune fille ou de repousser ses actes comme étant le miroir de ceux de ses bourreaux.

En fin de compte ce film est un O.F.N.I, et pour une fois il est français. Une vrai réussite sur la forme avec un pur film de terreur qui en fera bondir plus d'un, mais dont le propos n'entre pas dans la catégorie des films « pop-corn ». Oui, il y a un sens et une pensée derrière ce massacre. Oui, il y a une âme dans ce film torturé. Mais non, il ne s'agit pas d'un film pour tout le monde, seulement pour ceux qui désirent sentir un vent de terreur souffler sur un cinéma français parfois plus réactionnaire que la couleur ne l'annonce. Alors, oui, « Martyrs » est un film dont on ne ressort pas indemne et c'est tant mieux.

Guillaume BannierEnvoyer un message au rédacteur

À LIRE ÉGALEMENT

Laisser un commentaire