Banniere_Festival_Lumiere_2020

LE MANOIR HANTE ET LES 999 FANTOMES

Un film de Rob Minkoff

Les fantômes sont transparents… tout comme l'humour !!

Un couple, responsable d’une agence immobilière, se voit contraint de visiter, avec leurs enfants, un manoir au fin fond du bayou, à la demande express du propriétaire. Une fois sur place, il découvre une bien étrange demeure, où les êtres de chair et d’os n’y sont pas les seuls résidents. Des dizaines de fantômes y ont élus domicile, et il faudra venir à bout d’une terrible malédiction afin de s’en débarrasser…

Cette production Walt Disney fait preuve, une nouvelle fois, d'une très grande inventivité en recyclant une des attractions phares de ses parcs à thèmes. Tout comme les Pirates des Caraïbes, le manoir hanté est adapté du manège éponyme et les grands moments du scénario ( aussi très fantomatique !!) permettent de retrouver les salles principales du manège. C'est bien fait et cela fonctionne, uniquement à condition de rechercher les ressemblances entre les deux, car à part cela il n'y a pas grand chose.

L'humour vole au raz des pâquerettes. Faisant preuve d'un énorme manque d'inspiration, les scénaristes ou les concepteurs, si l'on se place du coté de l'attraction, semblent utiliser des rouages comiques d'une autre époque, étant au moins là en adéquation avec l'âge du manoir. Mais ce qui frappe le plus est l'absence d'utilisation des comédiens, venus ici pour certainement cachetonner, car de voir un Eddie Murphy sous exploité ( il n'est même pas énervant pour une fois !!) et un Terence Stamp rigide de cabotinage, demeure une grande déception.

Et puis où sont les légions de fantômes que le titre indiquait. A part le moment d'une traversée de cimetière ressemblant plus à une place de village en été, ils apparaissent si peu que l'on croirait que le réalisateur s'en désintéresse. La maison n'est pas hantée, elle est vielle et poussiéreuse, mais peut-être citée comme seule réussite de ce film, en le dominant pas sa stature, son style et les multiples chausse trappes qu'elle renferme. Réaliser ce film relève plus de la description de la maison, de l'attraction, comme si le concept se mordait la queue. De l'attraction au film, du film à la visite de l'attraction, la boucle est bouclée.

En espérant que les exécutifs de Disney ne se lancent pas dans l'adaptation de toutes leurs attractions et nous pondent l'adaptation du manège adapté de leur dernière production adapté d'un livre qui se base sur l'univers d'un décor de manège se trouvant dans leur parc à thème sur les films de monstres… Parce que de penser qu'un jour on pourrait voir sur grand écran l'adaptation du fabuleux monde des poupée, déjà que sur place c'est dur, cela serait de l'incitation à la destruction de cinéma. En clair ce n'est pas un film de fantôme, mais un film fantôme !

Guillaume BannierEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire