Banniere_Festival_Lumiere_2020

LUPIN III : THE FIRST

Un film de Takashi Yamazaki

Le jouissif et trépidant retour d’un voleur de légende

Lupin III, le petit fils d’Arsène Lupin, lui aussi «gentleman cambrioleur», annonce lors d’une exposition dédiée au professeur Bresson, archéologue, qu’il va venir dérober le fameux livre cadenassé de ce dernier. Mais lors du larcin, celui-ci se fait devancer par une voleuse déguisée en flic…

Lupin III : The First film animation

Épatant, c’est bien le terme qui vient en tête pour qualifier "Lupin III : the First", film d’animation japonais en images de synthèses, basé sur l’œuvre homonyme culte du mangaka Monkey Punch (alias Kazuhiko Katō), décédé en 2019, et distribué par Eurozoom avec finalement deux mois d’avance sur une sortie initialement prévue début décembre. Véritable cadeau de Noël avant l’heure, celui-ci met en scène le fameux descendant d’Arsène Lupin (son grand-père), déjà héros de la série connue en France sous le titre "Edgar, le Détective Cambrioleur" (1977 – 1980), diffusée sur FR3 en 1985, et du "Château de Cagliostro" d’Hayao Miyazaki (1979), enfin sorti en salles début 2019.

Après une ouverture située en France durant la guerre, durant laquelle il s’agira d’être attentif, le générique s’affiche, engrenages et formes de couleur évoquant ceux d’un James Bond (les frustrés du nouveau report de "No Time To Die" seront en partie consolés ainsi), avant de nous plonger 10 ans plus tard dans une aventure rocambolesque, menée tambours battants. L’apparition du héros est en soi un régal. Costume rouge, cravate jaune, il évolue dans un déhanchement légèrement exagéré, marquant son caractère de surdoué goguenard, autant que sa légère tendance à la drague facile.

Rythmées en diable, ses aventures mélangent effronterie, malice et humour dans des péripéties à mi-chemin entre les de l’agent 007 et d’Indiana Jones. Autour d’une arme mystérieuse, l’intrigue, aux multiples rebondissements, mêle énigmes, mécanismes en cascades, tout en jouant sur les interactions entre voleur professionnel, rivale et amateure, tous rivalisant d’inventivité et de chance éhontée. Les scènes d’action, construites par Takashi Yamazaki, font preuve d’un sens aigu du spectaculaire, et allient les marques d’un imaginaire aventurier toujours présent dans les esprits : évasion d’un fourgon en mouvement, usage d’un dirigeable, combinaison de clés, mots de passe et énigmes. Enfin, le personnage est délicieusement espiègle et maladroitement goujat, contribuant à un ensemble des plus jouissifs.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE

Laisser un commentaire