LULU FEMME NUE

Un film de Solveig Anspach

Trop banal

Lulu arrive à la quarantaine et est complètement perdue. Après un entretien d'embauche loin d'être parfait, elle rate son train pour rentrer chez elle. Commence alors pour elle une aventure inattendue et pleine de rencontres...

"Lulu femme nue" s'inscrit dans la mouvance des films d'émancipations de femmes arrivant à un point de leur vie où elles se rendent compte qu'elles sont peut être passées à côté de quelque chose ou de quelqu'un. Effectivement après Fanny Ardant dans "Les Beaux jours" et Catherine Deneuve dans "Elle s'en va", c'est au tour de Karin Viard de s'essayer à l'exercice. Qu'elle réussit, par ailleurs, relativement bien. Son jeu d'actrice est juste et on sent totalement son innocence et son côté déboussolée. Tout comme les autres acteurs qui jouent de manière propre et sans en faire trop. Comme Bouli Lanners qui campe un rôle de raté entouré de ses deux frères et sortant à peine de prison, qui n'a pour lui que sa gentillesse. Ou alors Claude Gensac qui interprète une grand-mère seule mais au caractère bien trempé qui trouve en Lulu, si ce n'est une fille, au moins une amie. Seul bémol dans le casting, le mari de Lulu, joué par Patrick Ligardes. En effet, on a malheureusement du mal à voir ce comédien dans un rôle comme celui-ci.

Malgré ces qualités d'acteurs, le métrage a du mal à se défaire de cette image de déjà vu. Cette histoire d'une femme quittant tout, homme et enfants, pour enfin se retrouver n'est pas sans intérêt mais a déjà été traitée tellement de fois que l'on en connait trop les codes. On peut dire au fur et à mesure les actions que va réaliser Lulu. De plus, bien que les comédiens nous servent des partitions propres, elles manquent d'un peu de piment. On aurait aimé que la réalisatrice donne un peu plus de personnalités aux protagonistes ou en tout cas les mette plus en valeur. En suivant Lulu on a l'impression de suivre le parcours d'une femme qui subit les événements plutôt qu'elle ne les déclenche. Ce qui est regrettable car le message voulant être diffusé n'est surement pas ce dernier. Au final, c'est donc un film un peu plat et inégal que nous sert Solveig Anspach. Dommage pour le casting dont le talent n'est plus à prouver...

Quentin ChirolEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE




Powered by Preview Networks

Laisser un commentaire