Bannière Festival film court Villeurbanne 2019

LOS ADIOSES

Émancipation d’une figure du féminisme

Alors qu’elle donne lecture d’un de ses textes, Rosario Castellanos est troublée par l’arrivée d’un homme qu’elle avait perdu de vue. Il s’agit de Ricardo Guerra, avec lequel elle entame une liaison, mais qui peu à peu, deviendra jaloux d’elle…

Consacrée à l’une des figures de la littérature mexicaine, "Los Adioses" est une œuvre à l’ambiance feutrée, centrée sur l’intime, qui fait preuve d’une réelle élégance formelle de bout en bout. Sur un rythme Partant d’une lecture devenue retrouvailles, Natalia Beristain Egurrola ("No quiero dormir sola", inédit en France) construit son film en de délicats allers-retours entre une passion de jeunesse aux souvenirs encore intense, et une histoire d’amour plus sage entre les mêmes protagonistes des années plus tard. Si le lit sert de base à de belles transitions entre les deux époques, c’est autour des mots que se concentreront un certain nombre de tensions.

Porteur d'une manière originale d'aborder les questions autour du rôle de la femme, le film met en avant le manque d’inspiration du mari face à l’exigence grandissante de la femme en terme de considération, de son travail comme de sa personne. Karina Gidi incarne à merveille la droiture et l’espoir de celle qui deviendra une figure du militantisme féministe, face aux coups du destin et à l’attitude de son mari devenu odieux à force notamment de jalousie de sa réussite. Dégageant tout de même une certaine tristesse, le film n’en est pas un beau portrait.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire