Banniere_Festival_Animation_Annecy_2020

LOCK OUT

2ème avis - Quand prison rime avec brouillon

Un mercenaire doit sauver la fille du président des mains de 500 détenus assoiffés de sang dans une prison spatiale...

Difficile de trouver des qualités à un film comme "Lock Out", à moins d'apprécier les navets dont on peut rire pendant la totalité du métrage. Pourtant rien ne prédestinait cette dernière production EuropaCorp à un tel niveau de médiocrité, le pitch s'éloignant de ce que la firme française a l'habitude de proposer. On a beau dire ce que l'on veut et tirer à chaque fois sur l'ambulance, mais même si l'on n'aime pas les productions EuropaCorp, il faut reconnaître que d'une part le public visé en a pour son argent, chose pas si fréquente dans l'hexagone et que d'autre part, les scénarios ont beau voler très bas, les films sont toujours assez bien produits (avec beaucoup moins de budget qu'outre-Atlantique, ne l'oublions pas). Ne nous voilons pas la face et admettons, que "Le transporteur", "Arthur et les minimoys" et "Taken" valent cent fois "Transformers 3" et n'ont pas coûté 300 millions de dollars comme le dernier vomis de Michael Bay.

Seulement voila, arrive sur les écrans "Lock Out". En prenant les éléments qui ont fait le succès de classiques du cinéma d'action et de SF tels que "Die Hard", "New York 1997", "Star Wars" (oui, oui !), il faut quand même assurer un minimum syndical pour que l'ensemble ne parte pas en vrille. Commençons par une trame scénaristique qui ne sait pas sur quel genre danser. Snow (Guy Pearce) se retrouve dans une chambre d'hôtel, poursuivi par une unité d'élite de la police alors que son ami, un colonel, vient se faire abattre et lui a remis une mallette censée contenir des documents importants. Après la course poursuite la plus laide visuellement de l'Histoire du cinéma (à ce point, le public est en droit de se demander si l'on se moque de lui), Snow se fait arrêter pour le meurtre de son ami. Dès lors, le spectateur est en droit de penser que l'intrigue du film va être la quête de Snow pour prouver son innocence, mais il n'en est (presque) rien ! Car au même moment, les prisonniers d'une super prison en orbite terrestre se révoltent (dans une scène d'une bêtise affligeante) alors que la fille du président des États unis y était en visite. À qui va faire appel le gouvernement américain pour aller sauver la jolie blonde ? Mais a Snow bien entendu !

Comme si le fait d'aller sauver un otage allait lui éviter une lourde peine pour le meurtre d'un haut gradé du gouvernement ! Mais à ce moment là on sait déjà à quoi s'en tenir, et on n'attend plus grand chose du film, qui accumule les clichés et les invraisemblances : la prison regorge de 500 prisonniers mais uniquement une quinzaine participe a l'action, qui de surcroît représente des archétypes de méchants russes (comme par hasard... plus cliché tu meurs), dont l'un, complètement barge, est constamment sauvé de ses conneries par le leader, car ce dernier est son frère !

Snow va devoir jouer les McClane du pauvre après avoir retrouvé la fille du président. Accumulations de scènes d'actions grotesques (on en arrive même a se demander s'il ne va pas y avoir un twist nous révélant que le héros est un cyborg tellement il prend des coups censés le tuer), dialogues insipides, pauvreté dans la réalisation et final aussi ridicule que bâclé finissent de nous achever ! Entre le comble de la poursuite illisible du début et la chute libre d'une station orbitale vers le sol américain, le réalisateur réussit même à placer une scène "à la" "Star Wars" dans laquelle des vaisseaux viennent faire exploser la station contenant les rebuts de la nation !

En mêlant deux histoires le réalisateur en oublie de faire un film. Seul Guy Pearce réussit à tirer son épingle du jeu, malgré la pauvreté de ses répliques et de la mise en scène. Preuve que son charisme lui permettra toujours de s'en sortir, même au beau milieu de la dernière beaufferie envahissant nos écrans ! Vivement qu'EuropaCorp nous sorte "Taken 2" et corrige (toute proportion gardée) le tir, car même "Transformers 3" faisait meilleure figure, et dieu sait que le film est mauvais !

François ReyEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE




Powered by Preview Networks

Laisser un commentaire