Bannière Festival film court Villeurbanne 2019

LILLA ANNA

Un principe narratif séduisant, pour éveiller la curiosité des plus petits

Une petite fille profite de son temps pour voir son grand oncle, un homme gigantesque et fin, portant un chapeau haut de forme vert. Avec lui, elle vit de nombreuses aventures...

Visant un public de tous petits, les plus de 3 ans, "Lilla Anna" ne devrait guère passionner les parents face aux six histoires simplettes mais sympathiques qui composent ce recueil. Ils pourront cependant en admirer le principe narratif, faisant participer les enfants à chacun des intermèdes. Présentés par une voix-off féminine, ils partent tous d'un écran noir, révélant à chaque fois progressivement quelques éléments fondamentaux de l'histoire à venir, et questionnant le spectateur sur la relation pouvant exister entre eux. Jouant sur le mystère, ils ont le mérite de stimuler l'imagination des plus petits et de leur donner envie de voir... une histoire de plus.

Graphiquement, le dessin animé est assez simple, alliant traits de contours noirs et fins, et décors à l'aquarelle sur des allures de papier kraft. Quant aux histoires, elles sont très variées, pointant toutes la complicité de la petite fille avec son oncle maladroit et craintif. Dans "Au secours", tous deux s'évertuent à sauver des gens qui ne le souhaitent pas forcément. Le comique de répétition fonctionne alors très bien. Dans "La Cabane", le grand oncle prône la sécurité à l'excès et se retrouve coincé dans une drôle de cabane. Dans "La Vieille moto", c'est la difficulté à jeter qui est mise en avant, tous comme la capacité à recycler les éléments d'un vieux garage.

Dans "Le Gâteau", ce sont les ingrédients qui manquent qui permettent d'entrer en contact avec différents animaux (on admirera particulièrement le graphisme des poules... triangulaires). La peur permanente de l'oncle se transforme en chanson sur l'amitié. Dans "À la pêche", la petite fille tombe à l'eau lors d'une partie de pêche. Enfin dans "Le Ski", Lilla Anna, tellement petite qu'on ne voit que son bonnet dans la neige, apprend à faire du ski. Inspiré des albums "Lilla et son grand oncle" des dessinateurs Inger et Lasse Sandberg, ce recueil trouve avec le réalisateur de "Laban, le petit fantôme", Lasse Persson, une cohérence certaine, tout comme il se dégage une fragilité enfantine dans la voix rassurante de Dominique Besnehard qui interprète avec malice l'oncle.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire