Bannière Festival Lumière 2021

LEONES

Un film de Jazmín López

Onirique et soporifique

Une jeune fille rejoint un groupe d’amis pour une promenade en forêt, dont le but est assez vague. Au fil de la marche, ils s’occupent ou se séduisent, mais semblent tourner en rond au cours d’une journée sans fin. Petit à petit, la vraie nature de leur errance semble de plus en plus inquiétante…

Jazmín López, la réalisatrice, veut nous parler du passage de l’adolescence à l’âge adulte, comme une mort de l’enfance. Et elle réussit, avec "Leones", un film très beau esthétiquement, à la fois poétique et sensuel. Mais passées les premières minutes, intrigantes et séduisantes, on s’ennuie vite à regarder les arbres frissonner pendant de longues minutes.

Le groupe de jeunes, littéralement perdu dans cette forêt sublime, ne semble pas se soucier outre mesure du temps qui file et de la nuit qui devrait arriver. Seule Isa s’inquiète et ressent quelques émotions : froid, faim, peur, sommeil… Elle semble la seule encore en vie…

Cela, comme plusieurs autres indices (bien) vite introduits dans l’histoire nous révèle trop facilement le funeste destin du groupe. Cette ombre tragique pourrait à elle seule sauver le récit, si elle n’était pas si prévisible. Paradoxalement on regrette que l’histoire ne se limite pas qu’aux émois de la fin de l’adolescence, qui, à elle seule, est déjà un deuil en soi.

Le mince suspense tué dans l’œuf, on perçoit leur sort inéluctable, alors on attend que leur lente marche s’achève. Car, à moins d’aimer regarder les cheveux et les arbres au vent, on se lasse vite de tant de poésie onirique. Et même si le chef opérateur est Matias Mesa, roi de la steadycam pour Gus Van Sant notamment (sur "Gerry", "Elephant" ou encore "Last Days"), ces ados filmés de dos ne nous captivent pas autant.

Loreleï Colin-MoreauEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE




Powered by Preview Networks

Laisser un commentaire