Festival de Venise 2019 banniere

LA LEGENDE DE DESPEREAUX

Souris donc un peu

Dans un royaume enchanté, la fête la plus importante de l'année était celle de la Soupe. Malheureusement, un rat un peu trop curieux, tomba dans l'assiette de la reine, provoquant la colère du roi, qui interdit désormais la soupe et bannit l'ensemble des rats du royaume...

Autant le dire d'emblée, « La légende de Despereaux » n'est pas pour les plus petits. Et les enfants en dessous de 8 voire 10 ans, risquent bien de trouver le temps long, du fait d'une intrigue complexe et de différents niveaux de récits. Car en effet, ce dessin animé s'avère plutôt complexe, offrant après une scène d'ouverture catastrophe plutôt classique, et avant l'implication héroïque de notre souriceaux, tout un passage dont la narration pourra déconcerter les petits. Car dans ce passage, le fameux Despereaux rêve à des exploits qui viendrait à rendre à la princesse sa liberté et son droit à faire vivre son royaume, perdu dans la torpeur des humeurs du roi.

Manigances, jalousies en terme de beauté et de pouvoir, le récit est assez complexe. D'autant que l'action n'est réellement présente qu'en début et fin d'histoire, imprimant au film un rythme inégal, et des temps morts qui sied mal à un public d'enfants. Ajoutez à cela quelques décors des plus sombres, un rat aveugle plutôt effrayant, et une vilaine servante, et les plus petits risquent de ne pas dormir beaucoup suite à la projection. Ils apprécieront tout de même la qualité de l'animation, et la tronche trognon de ce souriceaux aux grandes oreilles (qu'il utilisera de manière étonnante) et au discours de vaillant chevalier, prêt à faire des exploits pour redonner de l'espoir au royaume.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire