Bannière Festival de San Sebastian 2021

LE SENS DE LA FAMILLE

Un film de Jean-Patrick Benes

On a échangé nos corps, version famille

Sophie , Alain, et leur trois enfants visitent un parc d’attraction à l’occasion de l’anniversaire de la petite dernière, Chacha. A leur réveil, après une nuit dans l’hôtel du parc, l’esprit de chaque membre de la famille est bloqué dans le corps d’un autre…

Le Sens de la famille film movie

Le principe du "Sens de la famille" est connu, et a donné lieu à de nombreux films, c'est celui de l'échange de corps : l’esprit d’un des deux personnages se retrouve dans le corps de l'autre (et réciproquement), suite à un incident surnaturel, tous deux devant passer une ou plusieurs journées ainsi, afin de regagner leur corps. Mais ici le concept est poussé plus loin, puisque l'échange de corps a lieu sur toute une famille et se réalise plusieurs fois pendant le film.

Bien évidemment, afin de pimenter l'échange, cette cellule familiale est au bord de la rupture. Le fil conducteur scénaristique sera sans surprise celui de la réconciliation familiale, via la fin du conflit parental, et avec au passage la valorisation de la fille aînée de la famille.

Cependant, le scénario se repose trop sur les possibilités qu'offrent ces échanges multiples de personnalités et finira par sombrer dans le grand n'importe quoi (un lama vraiment ?) et en oublie de développer certains personnages et les relations qu'ils peuvent entretenir. Ainsi le fils, Chacha et la grand-mère sont clairement relégués à de simples ressorts comiques. La fin ouverte reste cependant bien trouvée, mais (malheureusement) elle dévoile le pot au rose.

Cette mécanique de l'échange de corps amène son lot de quiproquos et de gags régressifs qui semblent être des passages scénaristiques obligatoires, mais dont on se serait bien passé pour certains. La majorité des gags ne font pas dans la dentelle et sont sans imagination. Mais parfois quelques bonnes surprises émergent, notamment avec les possibilités qu'offrent le fait que l'esprit de la mère se retrouve dans le corps de sa plus jeune fille, permettant ainsi certains gags transgressifs, tout comme le fait que l'esprit du père de famille se retrouve pendant une bonne partie du long-métrage dans le corps de sa femme et en vienne à faire l'expérience de l'adultère.

L'ensemble du casting semble prendre un réel plaisir à jouer ce switch de personnalités, le duo Dubosc et Lamy en tête. Ce dernier fonctionne plutôt bien, mais reste dans un registre de jeu qu'on leur connaît déjà. En revanche, la jeune interprète de Chacha, Rose de Kervenoaël, est la petite révélation du long-métrage.

En restant dans un scénario trop balisé, "Le Sens de la famille" ne parvient jamais à faire fructifier scénaristiquement ce multiple changement de personnalités et les possibilités qui sont offertes. Le long-métrage demeure un produit convenu où sommeille un grain de folie qui avec un meilleur scénario et des situations plus inattendues aurait pu faire une comédie de qualité. Dommage.

Kevin GueydanEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE

Laisser un commentaire