Parce qu'on en a jamais assez !

LE LAC AUX OIES SAUVAGES

Un film de Diao Yinan

Tragédie Criminelle

Un chef de gang et une baigneuse se retrouvent dans une gare de banlieue la nuit. Elle lui annonce que sa femme ne pourra pas venir et que la police a mis sa tête à prix. Ensemble ils vont partir en quête de rédemption et de liberté…

Le lac des oies sauvages film image

Emprunt de poésie, de contemplation et d’errance, le film de Diao Yinan ("Black Coal") se construit comme une tragédie moderne où un ancien chef de gang tente de racheter ses crimes en se sacrifiant pour sa famille. A l’origine de cette tragédie moderne, il y a un personnage d’un nouveau genre, une prostitué estivale, une « baigneuse » comme elles se font appeler, qui le ramène à la réalité des choses, lui qui est perdu dans sa rêverie au cœur de la nuit. Sortant tout juste de prison, il se retrouve pris dans une rixe après qu’un de ses hommes ait blessé un autre criminel lors d’une grande assemblée de voleurs. Par un hasard de circonstances, c’est lui qui se retrouve poursuivi par la police et qui se lance dans un grand voyage vers la nuit.

Le réalisateur joue sur les empruntes, les impressions, les ombres et les images. La composition de chacun des plans est très travaillée, toujours esthétisante, sans pour autant créer des tableaux coupés de la réalité. Par le personnage de la baigneuse, le film est ancré dans le réel. Elle est ce lien paradoxal entre le personnage type, qualifié par une fonction, un titre (baigneuse), et l’individu humaine, de chair et de sang, qui saigne, qui souffre, qui fuit.

Cette idée de l’entre deux est au cœur de la mise en scène, ou plutôt des mises en scène. En effet, Diao Yinan développe des esthétiques différentes selon le degré d’implication dans le réel : les scènes de dialogues sont souvent suspendues, très esthétiques, s’approchant plus d’une certaine forme de rêveries, alors que des scènes plus charnelles sont filmées de manière plus directe, plus ancrée. Les scènes de batailles ont également leur propre grammaire visuelle, qui préfère des plans séquences à la grue plutôt qu’un montage saccadé.

Ainsi, "Le lac aux oies sauvages" est à la fois un film qui présente une réalité sociale, celle du vol et de la misère, mais aussi un certain milieu, celui de la criminalité et des marges, tout en proposant un « couple » chevaleresque et tragique moderne, une courtisane et un criminel traqués par la police.

Thomas ChapelleEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE

Laisser un commentaire