Banniere_Face_a_Face_2022

LA LÉGENDE DU ROI CRABE

À prendre avec des pincettes !

De vieux chasseurs se racontent des histoires, jusqu’à ce l’un des leurs commence à conter la légende d’un vieil ivrogne ayant osé s’opposer à la tyrannie d’un prince. Et cet affront va lui valoir bien des malheurs…

La Légende du roi crabe film movie

Ces derniers mois ont fait la part belle aux conteurs, à ces cinéastes ayant une confiance absolue dans le medium cinématographique, saisissant leur caméra pour sublimer un récit, peu importe le genre ou la forme qu’il prendra, tant qu’il est possible de le magnifier par des fantaisies narratives et esthétiques. On pense évidemment au flamboyant "Annette" de Leos Carax, ou le plus récent "BigBug" de Jean-Pierre Jeunet, mais le duo de réalisateurs italiens Alessio Rigo de Righi et Matteo Zoppis n’est pas en reste quant à la maîtrise de l’art subtil de la fable. Si "La Légende du roi crabe" va s’attarder sur une figure du folklore italien, celui-ci débute de nos jours, au cœur d’une tablée de vieux chasseurs, où l’on passe plus de temps à se raconter d’anciennes légendes plutôt qu’à s’attarder sur un monde qui n’a déjà plus de sens. C’est l’un de ces briscards qui va nous plonger dans le mythe de Luciano.

Le spectateur est alors propulsé au XIXème siècle, au sein d’une contrée isolée de Tuscie. Luciano est un ivrogne, un vrai, un de ceux qui attaquent le vin au petit déjeuner, avant de s’occuper des choses sérieuses au fur et à mesure de la journée. Et pourtant, c’est bien lui qui va s’opposer au tyran local. Car quotidiennement, il en a marre de devoir faire un long détour et de traverser une rivière à la suite de la suppression d’un droit de passage de la part du prince. Derrière sa barbe hirsute, sa colère monte. Si personne ne compte s’élever contre ces injustices sociales, c’est donc lui qui s’en chargera, quitte à commettre l’irréparable. S’en suivra un long exil jusqu’à l’extrême sud de l’Argentine, où son seul espoir demeurera dans la quête improbable d’un trésor.

À l’image des séquences contemporaines, "La Légende du roi crabe" est un vibrant hommage au talent oratoire, à cette capacité qu’ont certains pour nous inviter dans un imaginaire foisonnant, à cette pratique presque anachronique qui consiste à partager les mêmes vieilles anecdotes, les faisant traverser les époques et les sociétés. Si cet amour pour les chimères chantonnées et les paysages ruraux séduit, le reste du métrage laisse plus dubitatif, la seconde partie étant notamment une succession de saynètes rocambolesques où le sens ne semble pas toujours accessible. Austère et exigeant, ce drame aux faux airs de western demeure une proposition sincère de cinéma, expression souvent galvaudée mais qui, ici, souligne la qualité de la démarche artistique et scénaristique. À nous de refuser le voyager ou de se laisser border.

Christophe BrangéEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE

Laisser un commentaire