Bagniere comedies_confinement-04

L'INTERVENTION

Un film de Fred Grivois

GIGN origins

1976, Djibouti, la dernière colonie française. Quatre terroristes prennent en otage un bus scolaire et tentent de l’emmener jusqu’en Somalie. Mais le bus, les pneus crevés, s’enlise peu avant la frontière somalienne. Le gouvernement français décide d’envoyer sur place une unité d’élite de la Gendarmerie pour intervenir…

L'intervention film image

Avec "L’intervention", ce sont les origines du GIGN qui nous sont présentées. Ici, ce n’est pas la stricte réalité des faits qui importe au réalisateur, comme le rappelle l’encart à la fin du long métrage, mais plus la tension et l’action de la situation qui donnera naissance au mythique Groupe d’intervention de la gendarmerie nationale.

Le principal souci du film réside dans le fait que la tension ne parvient jamais à être distillée à l’image de la séquence du tir simultané, attendue comme le climax du long-métrage mais devenant juste une scène de tir comme une autre. Le réalisateur use de split screen et abuse d’une mise en scène immersive (avec la vision au travers de la lunette du fusil) pour tenter de dynamiser une situation d’attente sans réelle réussite.

La dramaturgie du final n’offre aucune émotion, fracassée par une mise en scène s’éparpillant en divers points de vue, et devient un moment de bravoure lambda, comme on en voit dans nombre de longs métrages d’action, sans jamais réussir à égaler les standards du genre. De plus, les dialogues ne fonctionnent pas, oscillant entre le premier et le second degré, et demeurent d’une navrante banalité. Si le tout est porté par un casting sympathique, dommage que le jeu verse par moments dans le cabotinage.

La construction des personnages est stéréotypée pour tenter de nous toucher et faire que l’on s’attache à eux. Mais le scénario parvient malgré tout à donner corps au dévouement qu’ont ces hommes pour leur mission. Finalement "L’intervention" rate sa cible en ne réussissant jamais à installer un véritable climat de tension, la faute à une mise en scène quelconque et à un casting quelque peu en roue libre.

Kevin GueydanEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE

Laisser un commentaire