Banniere_Festival_Animation_Annecy_2020

JUMANJI: NEXT LEVEL

Un film de Jake Kasdan

Un très bon divertissement d’aventure

Quelques temps après les évènements du précédent opus, Spencer est de retour chez sa mère où séjourne également son grand-père pour les fêtes de fin d’années. Pris d’un gros coup de Blues, Spencer décide de retourner dans le jeu Jumanji, qu’il avait secrètement récupéré. Comprenant les actions de leur ami, Bethany, Fridge et Martha se voient obligés de retourner de nouveau dans Jumanji pour ramener Spencer. Mais la console n’étant qu’à moitié réparée, tout ne va pas se passer comme prévu…

Jumanji : next level film image

Trois ans après le sympathique premier volet, voici que Sony nous propose de nous replonger dans l’univers de Jumanji version années 2010. Et nous offre un second volet toujours chapeauté par la même équipe et réalisé par Jake Kasdan. Et le moins qu’on puisse dire c’est que ça se sent. On retrouve la même formule que dans le premier film. Ceci dit, les auteurs ont pris le soin de ne pas se reposer sur leurs lauriers et ont fait l’effort de proposer des nouveautés intéressantes, que ce soit pour les spectateurs déjà familiers de ce nouvel univers ou pour ceux prenant le train en marche. A ce niveau, l’arrivée des personnages du grand-père de Spencer et de son ami Milo, respectivement interprétés par Danny DeVito et Danny Glover, est assez efficace dans le sens où elle permet à la fois de réintroduire les codes du film aux nouveaux spectateurs et de créer de nouvelles mécaniques et interactions entre les différents personnages. Tout comme est brillante l’idée de réattribuer les avatars des personnages aléatoirement, le jeu étant en parti cassé.

L’intérêt principal du métrage va donc se trouver là, dans l’interaction entre les personnages. C’est bien autour de cela que s’articule tout le récit, que ce soit pour la progression dramatique de ces derniers, pour la progression narrative de l’histoire, ou encore pour les touches d’humour qui font toujours mouchent. Même les mécaniques issues des codes vidéoludiques, qui sont pour une fois très bien exploitées (bien que le tout reste très basique, voire parfois serve de prétexte à des Deus Ex Machina et autres incohérences) sont plus là à visée humoristique via les personnages, que comme réel pivot narratif.

Le tout marche d’autant plus que la prestation des acteurs est parfaite dans ce cadre. De Dwayne Johnson à Kevin Hart, en passant par Jack Black et Karen Gilan, tous arrivent à trouver le point de juste cabotinage pour rendre le tout à la fois crédible et diablement efficace. De plus, leurs différents jeux (les joueurs du jeu changeant régulièrement d’avatars) basés sur des gimmicks propres à chacun des « vrais » joueurs permettent une identification immédiate sans jamais que le spectateur ne soit perdu.

La mise en scène de Jake Kasdan n’est pas en reste, cette dernière arrivant parfaitement à insuffler l’esprit d’aventure grandiose nécessaire à ce genre de divertissement, avec des scènes d’action bien pensées et particulièrement rythmées, comme la séquence des ponts suspendus, pour ne citer qu’elle. Les décors sont particulièrement travaillés et ont un rendu très impressionnant. On saluera notamment leur diversité (on passe du désert à la jungle avec un final dans un monde de glace rappelant encore une fois les codes des anciens jeux vidéo), ainsi que leur excellente exploitation dans les différentes séquences, notamment celles d’action.

Au final, si la subtilité et la portée du message de l’œuvre originale de Chris Van Allsburg et de son adaptation de 1996 (dont les plus connaisseurs pourront savourer un caméo en particulier) ont laissé place à une morale, en somme, assez simpliste et peu originale, reste que le film est un excellent divertissement d’aventure très efficace, avec de très bonnes touches d’humour bien reparties, et que le moment passé devant "Jumanji : next level" est fort agréable.

Ray LamajEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE

Laisser un commentaire