Bagniere comedies_confinement-04

JE NE DIS PAS NON

Un film de Iliana Lolic

Fille perdue, cheveux blonds

Adèle vient de quitter Roger, s'est mise avec Robert, est courtisée par François, un homme marié, et fait la connaissance de Matteo, un écrivain italien qui va voir en elle une nouvelle source d'inspiration pour un personnage de roman féminin hors norme...

Adèle est une sacrée fille ! Solitaire mais jamais célibataire, elle ne sait pas dire non aux hommes qui la courtisent. Affublée de ses nouveaux petits amis hebdomadaires, elle arrive toujours chez ses meilleurs amis avec une nouvelle tête à leur présenter ! Le plus dur pour elle : dire stop à ses amants et s’en débarrasser. Toute droit sortie de l’imagination de Iliana Lolic, comédienne française qui passe à la réalisation avec son premier long-métrage, on se dit qu’une fille comme ça, on en connaît bien au moins une parmi nos amies ! Ou bien est-ce parce qu’on l'a déjà vue au cinéma ?

Autres particularités qui valent bien des tracas à Adèle : sa franchise et ses paroles sans langue de bois ! Hé bien oui, quel problème y-a-t-il à présenter son nouveau mec comme étant un homme marié, s’il est vraiment marié ??! "Nature" serait le terme qui la définirait bien ! Cette fille nature, qui adore lever la tête au ciel, ramasser des feuilles mortes par terre en plein été, est aussi très joviale, elle positive tout et trouve une solution à tous les problèmes. Ses meilleurs amis, qui lui ont demandé d’être leur mère porteuse, peuvent en effet compter sur elle pour trouver quelqu’un d’autre, car elle, non merci, c’est pas pour elle, mais elle leur trouvera quelqu’un, promis ! Un "cas", c’est peut-être aussi un cas cette Adèle, une sacrée fille, assurément !

En plus, elle porte les traits de Sylvie Testud, comédienne qu’on adore, et qu’on préfère dans ce genre de rôles plutôt qu’avec Johnny Hallyday dans le « Vengeance » de Johnnie To. Elle met ici tout son talent pour faire de cette sacrée fille, une personne sacrément attachante. Le problème est qu’elle est bien la seule à nous accrocher véritablement, les autres comédiens et comédiennes étant littéralement laissés à l’abandon. Où est la direction d’acteur ? Où est la mise en scène ? Stefano Accorsi semble pour la première fois aussi vif qu’une chique molle et on a rarement vu Laurent Stocker de la Comédie française aussi inintéressant. La palme revenant au pauvre Nicolas Giraud, qu’on veut nous faire croire voyou aux gros bras. Il suffit de l’entendre dire deux mots fébrilement et de se laisser enjôler par ses yeux de chaton pour trouver rapidement qu’il y a eu erreur sur le casting !

Ce qui est fort dommage car de vraies bonnes idées de dialogues et de scénario animaient ponctuellement le film… Oui ponctuellement, on ne peut malheureusement pas dire que ce soit de bout en bout du film… Le tout donne donc un premier long-métrage, porté par sa comédienne principale, plein de maladresses de premier film, qui ne restera pas dans les annales et que certains acteurs vont vite essayer d’oublier.

Mathieu PayanEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire