Parce qu'on en a jamais assez !

JAR CITY

Puzzle

Alors qu'il découvre le cadavre d'un homme assassiné à coups de cendrier, un commissaire de police se retrouve à enquêter sur une vieille disparition, liée à une affaire de viols...

« Jar city », littéralement, « la cité des jarres » est un film policier islandais. Chose rare. La construction n'en est pas moins intéressante, l'insularité ayant au final une importance primordiale, car elle détient l'une des clés de l'énigme. Autour du personnage d'un enquêteur solitaire aux allures de baroudeur et de son jeune collègue au visage sympathique, le scénario tisse les liens poisseux entre le mort et deux de ses anciens compagnons de beuveries, qui faisaient les quatre cent coups dans un village isolé, des années plus tôt. L'un a disparu, l'autre est en prison. Et là s'arrêtent les révélations...

Car l'intérêt de ce film réside dans le jeu de piste macabre dans lequel nous entraîne l'auteur, ne lésinant au passage sur aucune imagerie glauque, qu'il s'agisse de cimetière venteux, de dépouille exhumée, d'autopsie saignante, de cadavre en décomposition... ou de cerveau immergé dans le formol ! La mise en scène n'est pas en reste de ce côté, portant par ses plans larges et sa musique pesante, une fausse nonchalance qui rend le malaise de plus en plus palpable. Efficace, le film distille une tristesse implacable, que les personnages secondaires charrient avec eux, et qui imprègne la pellicule tant le ciel semble bas et l'issue, fatale.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire