Banniere_Presidents_US_fictifs_au_cinema

INFECTES

Un film de Alex Pastor

La survie à tout prix ?

Dans un monde ravagé par une maladie extrêmement contagieuse, quatre jeunes adultes tentent de survivre et espèrent parvenir à une plage reculée, afin d'y vivre une vie plus paisible...

Les menaces de pandémies et de catastrophes naturelles se faisant de plus en plus imminentes, la production américaine a, bien sûr, emboité le pas avec plusieurs films post apocalyptiques. Citons notamment "Blindness", "Le livre d'Eli" ou encore le genre "zombie", très représenté l'année dernière, qui retracent tous le parcours d'une poignée de survivants évoluant dans une société devenue chaotique.

"Infectés" rappelle fortement "28 jours plus tard", sorti en 2003, décidément une référence lorsque l'on vient à parler de ce genre de film. L'ennui est qu'elle reste prédominante et rend carrément anecdotique cette variante de la contamination et de la survie initiée par les frères Pastor. Ici, pas de transformation cannibale ou de folie contagieuse, les infectés meurent, tout simplement. On retrouve donc l'habituel road-movie dosé par de courts, mais intenses, moments de tensions, et évidement agrémentés du petit jeu du "qui partira le premier" parmi cette troupe exclusivement composée de teenagers.

Comme dans le film de Boyle, l'élément humain prend une place essentielle. L'importance des liens familiaux et sentimentaux face à la contamination a aussi déjà été explorée avec une bien meilleure dramaturgie dans "28 jours plus tard". D'ailleurs, en ce qui concerne ce mode de contagion très volatile, certaines situations, comme cette tentative de viol sur le personnage de Bobby par des scientifiques emmitouflés en combinaisons et ayant une peur bleue des errants sans protections, restent difficilement crédibles. Ainsi, sans être un mauvais film, "Infectés" souffre de la comparaison à des productions antérieures bien plus poignantes et intéressantes.

Alexandre RomanazziEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire