Parce qu'on en a jamais assez !

I WISH - FAITES UN VŒU

Un film de John R. Leonetti

Un film de chef op manquant cruellement d'inventivité

Le jour où le père de Claire lui offre une vieille boîte à musique recouverte de caractères chinois, une nouvelle vie commence pour la jeune fille. Argent, popularité, amour, ses souhaits se réalisent les uns après les autres. Mais une telle chance n'est pas gratuite, pour que Claire obtienne la vie dont elle rêve, certains de ses proches devront mourir. La lycéenne sera-t-elle capable de résister à la tentation de cette boîte exauçant les vœux ? Rien n'est moins sûr…

Avant de commencer cette critique, il nous faut revenir rapidement sur la carrière du réalisateur, John R. Leonetti. Celui-ci est principalement connu pour son travail de directeur de la photographie auprès de grands noms de l'horreur. Il a par exemple travaillé avec James Wan sur 5 films, dont Conjuring : Les dossiers Warren et Insidious, ou encore avec Alexandre Aja sur Piranha 3D. Il s'est également fait remarquer en 2014 grâce à Annabelle, le spin-off de Conjuring qui avait fait le buzz après avoir été déprogrammé de plusieurs salles en France. Le film a non seulement marqué l'actualité, mais il s'est également révélé très rentable avec plus de 257 millions de dollars de recette mondiale pour un budget de seulement 6,5 millions. De belles références donc, pour un réalisateur dont I wish – Faites un vœu est déjà le sixième long-métrage.

Cependant, malgré ces succès commerciaux, force est de constater que la critique n'est pas tendre avec les films de Leonetti. Annabelle avait été particulièrement mal accueillie par la critique lors de sa sortie, tout comme L'effet papillon 2. Ces deux films ont tous deux été réalisés pour surfer sur le succès d'un premier opus. Ce sont des films de studio répondant davantage à une logique économique qu'à une logique artistique. Des films qu'on confie en général à des techniciens de la réalisation, des metteurs en scène payés pour réaliser, pas pour créer, ceux qu'on appelle "les faiseurs" à Hollywood. John R. Leonetti est de ceux-là. Son talent de directeur de la photographie n'est plus à prouver puisqu'il a été choisi par d'importants réalisateurs. Mais faire de belles images et faire un beau films sont deux choses bien différentes.

I wish – Faites un vœu est l'adaptation d'une nouvelle de l'auteur britannique W. W. Jacobs, La patte de singe. Un film de studio calibré pour la jeunesse et sorti au beau milieu des vacances d'été. Un produit bien marketé. Pour mettre le jeune spectateur dans l'ambiance, le film s'ouvre avec une scène d'introduction bien tendue qui fait monter la pression. Le problème est qu'on ne sait même pas qui sont les personnages que l'on voit ! Dès lors, difficile d'éprouver de l'empathie pour eux et d'entrer dans le film par cette grossière scène d'ouverture – qui finit par un jump scare, évidemment. Les images sont belles, aucun souci de ce côté-là, mais la mise en scène est terriblement bancale. Et c'est comme cela tout au long du film. L'action n'est pas bien découpée et pas toujours très fluide. Leonetti peine à nous immerger dans l'histoire qu'il nous raconte. Mais le réalisateur n'est pas le seul fautif. En effet, certains rôles secondaires sont particulièrement mal interprétés. Est-ce parce que la direction d'acteur avait été réduite au strict minimum ou bien car le casting est raté, difficile à dire. Même la jeune Joey King qui tient le rôle principal manque cruellement de justesse par moments.

Au final, ces problèmes de mise en scène pèsent sur le pan horrifique du film. Car inspirer la peur demande pas mal de talent en matière de réalisation, un talent qui semble faire défaut à John R. Leonetti. Et une fois qu'on a enlevé l'aspect horrifique, I wish – Faites un vœu devient un simple teen movie. On a alors l'impression de se retrouver devant une sorte de mix entre Destination finale et Twilight. C'est poussif et parfois même ennuyeux. Bref, un film de chef op manquant cruellement d'inventivité.

Adrien VerotEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire