Banniere_Festival_Animation_Annecy_2020

L'HOMME DE CHEVET

Un film de Alain Monne

Leçon de vie

En Colombie, à Carthagène, un ancien champion de boxe, Léo, noie son mal être dans l’alcool. Un de ses amis lui propose un travail comme aide malade de Muriel, tétraplégique suite à un accident de voiture. Au fil du temps, leur relation évolue de manière passionnelle...

Tiré d’une adaptation du livre d’Eric Holder publié en 2002, second roman de cet auteur porté à l’écran cette année, après « Mademoiselle Chambon », « L'homme de chevet » est en fait le second projet d’adaptation du même roman, le premier, sous le nom de « Percussion », a lui avorté. Cette adaptation a obtenu le Prix du Public au Festival du Film d’Angoulême.

C’est la première fois que le couple à la vie Sophie Marceau – Christophe Lambert, est porté à l’écran. Le scénario du film a tout de suite plu à Sophie Marceau, elle fut définitivement conquise lors du choix de son époux comme partenaire. Mettant au centre de l'intrigue une tétraplégique, le scénario nous montre la dure vie de ces personnes, comme la rudesse qu'ils adoptent étant meurtris dans leur chaire.

Les deux personnages de Muriel et Léo ont à apprendre chacun l'un de l'autre. Chacun puise des ressources inconnues chez l’autre, nous donnant ainsi une leçon de vie. La vie de Muriel, femme intraitable indépendante devenue dépendante, qui a dû ranger son orgueil, offre l'image d’un univers inconnu pour la plupart des spectateurs. Le jeux de chacun des acteurs, sans fioritures, nous transporte dans la vie difficile de Muriel.

L'histoire vire même à la comédie à certains moments. Elle est à la fois tendre, forte et puissante. Un film émouvant et sensuel qui confine à l'hymne à l’amour. Une belle leçon de cinéma mêlant réalisation sensible et dialogues mordants. En bref, un joli conte sans ornements, tout en simplicité, qui aborde sans tabou le quotidien des tétraplégiques.

David BrejonEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire