Festival de Venise 2019 banniere

L'HEURE DE LA SORTIE

Un mélange de genres intéressant et des enfants bien flippants

Pierre est un professeur remplaçant de 40 ans qui arrive au lycée St Joseph suite à la défenestration du professeur de français de la 3e 1 lors d’un cours. Dans cette classe, un groupe de cinq élèves attire son attention...

Les scènes de classe sont très bien tenues avec un Laurent Lafitte très crédible en adolescent enfermé dans un corps d’adulte, ne parvenant pas à s’engager, noyant ses problèmes dans le sport. Mais la qualité du casting ne s’arrête pas là. Comme l’expliquent les informations autour du film, c’est après un casting de plus de 150 enfants que le groupe des 5, mené par la redoutable Luana Bajrami et le menaçant Victor Bonnel, a été constitué. L’attente en valait la chandelle, car le regard vide de ces enfants au-delà de l’enfance, ces pré-adolescents tenant la dragée haute au professeur, est glaçant.

Un soin surprenant dans le cinéma français est porté à la lumière, c’est donc un travail remarquable qu'accomplit également Romain Carcanade, qui soigne autant ses scènes de nuit, qu’une lumière expressionniste dans des scènes d’extérieur au bord de la rivière.

Sébastien Marnier souhaitait adapter cette histoire depuis plus de 10 ans. Il revisite le livre de Christophe Duffossé en décentrant l’action du corps professoral pour se concentrer sur les enfants. Dans la première partie du film, le personnage de Pierre interagit avec ses nouveaux collègues, qui sont progressivement évacués en parallèle avec le début de son obsession pour les enfants.

Le réalisateur explique que pour le travail sur les images d’archives, il a constitué des modules proposant une évolution sur des grands thèmes, faisant une gradation de la violence à la nature, à celle sur les êtres vivants, montrant comment l’argent est un grand destructeur. Le choix des vidéos s'est fait à partir du nombre de vues, car il souhaitait que les images soient connues de tous pour que leur effet soit décuplé.

Bien qu’il y ait parfois de petites longueurs, ce deuxième film est très maîtrisé. Il témoigne d’une vraie recherche de mise en scène et d’un grand amour du genre. Le casting est une vraie réussite. Un film à voir en se sentant bien, car l’optimisme n’est pas le sentiment qui vous portera à la sortie.

Thomas ChapelleEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire