Bagniere comedies_confinement-04

GRAND FROID

Mort de rire

Une petite ville en Pologne pendant l’hiver. Les pompes funèbres vont bientôt mettre les clefs sous la porte par manque de travail. C’est Edmond Zweck qui en est le propriétaire et est accompagné de deux employés : Georges son bras droit et Eddy un jeune novice. Un matin, des clients arrivent : enfin un mort dont ils doivent s’occuper. Eddy et Georges sont chargés d’amener le cercueil à plusieurs dizaines de kilomètres de la ville, suivis par la famille du défunt. Cependant, le trajet ne se passe pas comme prévu…

Pour un premier film, l’essai est réussi avec cette comédie à l’humour noir et grinçant sur un sujet qui nous concerne tous à plus ou moins long terme : la mort. Car dans le long-métrage de Gérard Pautonnier, il en est question du début à la fin (les pompes funèbres, l’enterrement, dans les discussions entre les protagonistes).

Une ambiance singulière parcourt le long-métrage, à la fois par la rue centrale du village qui fait penser à celle des westerns (qui peut devenir un lieu de mort), par les grandes étendues de terres couvertes de neiges. Mais ce qui le rend également particulier c’est sa galerie de personnages assez truculente, à l’image du trio de croquemorts ou du prête, et le casting qui les interprète est réussi. Néanmoins, certains personnages n’ont pas la même puissance comique.

Le scénario contient deux twists bien amenés. Le premier permet à l’intrigue de prendre une tout autre tournure, le second – dans les dernières minutes du long-métrage – replace l’intrigue sur les rails où elle se trouvait auparavant. L’histoire reste assez simpliste mais on se laisse prendre au jeu des situations burlesques. Certaines scènes sont extrêmement bien trouvées, à l’image de celle où les employés des pompes funèbres espèrent chaque jour qu’une grand-mère qui vient leur rendre visite se fasse écraser en sortant de leur boutique.

On peut reprocher au long-métrage, la fin de son dernier acte qui est assez vite expédiée après le second revirement scénaristique. On aurait aimé un peu plus de situations comiques car ce final fait vite retomber le plaisir qui pouvait naître après le second retournement de situation du script. Cette comédie francophone n’en reste pas moins une agréable surprise qui peut être la pastille fraîcheur du début d’été. Et dorénavant, vous ne devriez plus regarder les pompes funèbres avec le même œil !

Kevin GueydanEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire