GARFIELD

Un film de Peter Hewitt

Le chat mégalomane et râleur prend vie

Garfield est un chat paresseux, qui passe son temps à se prélasser et regarder la télévision, ou dévorer des monceaux de nourriture, dont des lasagnes, son plat préféré. Jon, son maître, accepte par amour pour la belle vétérinaire, d'accueillir à la maison un jeune chiot dénommé Odie. Garfield, qui n'est pas vraiment partageur, va tout faire pour évincer le toutou de sa maison…

On ne peut pas dire que Garfield sera un film qui fera référence. Cependant, derrière une animation très visible, dont on saluera pourtant la qualité des ombrages, et derrière un scénario des plus banal, se cachent quelques cinglantes répliques dont le matou a le secret et qui amuseront les adultes, peut être plus que les enfants. Si la méchanceté et le mépris sont de mise, les bons sentiments ne sont pas loin, et polluent le récit et la fluidité de la mise en scène.

Ainsi, les personnages sont d'une mièvrerie à toute épreuve, à l'image de celui de Jennifer Lowe Hewitt, totalement inconsistant, dont les répliques à quelques « allons y », encourageants, mais fortement attendus. Heureusement, les quelques querelles avec les chats du voisinages, ou les complicités avec les souris ou rats de tous poils, arrivent à faire sourire et oublier le côté ultra caricatural. Cauet, finalement, s'en sort pas mal, en doublure française, aux intonations roublardes et suaves.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire