Bannière Festival film court Villeurbanne 2019

GARE AUX GNOMES

Un film de Peter Lepeniotis

Gare au déjà-vu !

Chloé et sa mère s’installent dans une énième nouvelle maison. La jeune fille est désespérée par les trop nombreux déménagements qui l’empêchent de se faire des ami(e)s stables. L’état délabré de leur nouvelle résidence et la présence de nains de jardin ne l’aident pas à retrouver un quelconque enthousiasme. Seul intérêt : une étrange pierre lumineuse que Chloé trouve dans le grenier. En la retirant de son emplacement, elle ouvre involontairement une porte magique…

Sortie le 19 octobre 2018 sur Netflix

Le titre original annonce la couleur puisque "Gnome Alone" est un calembour sur "Home Alone", soit "Maman, j’ai raté l’avion" en VF. Avec une référence aussi directe, on s’attend donc à une histoire de gamins dans une maison, avec pièges et chutes à la clef. Cela ne se limite toutefois pas à cela, car on pense à bien d’autres films préexistants, avec cette impression quasi systématique de déjà-vu qui annihile presque tout, tant l’ensemble ressemble plus à un plagiat qu’ à un hommage. Que les influences soient voulues ou non, ce film d’animation apparaît aussi comme un énième héritier des "Goonies", et on retrouve pêle-mêle des bribes de "Casper", de "Ghostbusters", de "Toy Story", de "Vice-versa" ", des "Pingouins de Madagascar" et bien d’autres films pour enfants ou pour ados… C’est même assez fatigant de constater une certaine monotonie de l’offre Netflix, qui a déjà proposé une héroïne du même type un mois avant dans "Nouvelle Génération" : une fille unique qui vit avec sa mère, une ado plutôt marginale qui n’a pas d’ami et qui se retrouve alliée à une « créature » dont personne ne soupçonne l’existence ni les pouvoirs…

On retrouve aussi les sempiternels messages des teen movies sur l’altérité, la tolérance ou la difficulté de trouver sa place durant l’adolescence, avec les archétypes du nerd, de la nana ultra populaire et superficielle, ou de la mère qui délaisse sa fille pour des raisons professionnelles. Malgré tout, on pourra quand même regarder "Gare aux gnomes" avec plaisir, car c’est à la fois divertissant, drôle et mignon. Finalement, on peut regretter que les nains de jardin, aussi déjantés que choupinous que les pingouins précités, ne soient pas plus centraux.

Raphaël JullienEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire