Banniere_TOP 2020

FLIGHT PLAN

Maman, j’ai raté l’avion ?

Prenant l’avion avec sa fille, suite au décès accidentel de son mari, une jeune femme va se réveiller seule, sans l’enfant à ses cotés. Personne n’a vu l’enfant à bord, et pire encore, personne ne semble l’avoir vu même monter dans l’avion, pas même l’équipage. Elle va alors, seule contre tous, partir à la recherche de sa fille, dans cet avion immense, provoquant bien des remous et des secousses parmi les autres passagers, qui la croient folle

Le nouveau triller de Jodie Foster, ne représente pas vraiment sa grande et estimable carrière, car souvent ses choix furent bien plus judicieux. De plus, un thriller psychologique en avion, avec l’enlèvement d’un proche et un méchant présent sur les lieux, ça ne vous dit rien ? A moi si : un film sorti récemment qui s’appelle Red Eye (Wes Craven). Globalement l’intrigue est la même, avec l’exploitation de la paranoïa du personnage de Foster en plus. Mais le scénario manque totalement de crédibilité, car la scène d’exposition démonte le propos même du film, c'est-à-dire la folie potentielle du personnage, la fillette étant montrée dès le début.

En plus les raisons de tout ce bazar, sont bassement matérielles, sans apporter une once de nouveauté, même si par moment le réalisateur se permet des petites piques post 11 septembre, notamment quand Jodie Foster accuse tous les arabes présents dans l’avion d’avoir enlevé sa fille et de vouloir détourner le vol. Mais cette allusion montre une vision unilatérale des choses, et reste au niveau d’un semblant d’embryon, et le film embraye rapidement sur le réel instigateur de ce manège.

De plus, la fin du film, en plus d’être expédiée en moins de 5 minutes, est simpliste et invraisemblable au possible. Ce genre de choses peuvent passer dans un Steven Seagal (au fait il devient quoi le casseur de coude le plus célèbre de la terre ?), mais dans un film de suspens avec Jodie Foster, certainement pas. Alors heureusement qu’elle est présente à l’écran en quasi permanence, car son jeu, de crise comme de combat, est toujours aussi plaisant. Et il faut bien souligner que l’autre personnage principal du film est très impressionnant : il s’agit de l’avion, avec toute ses coursives, ses salles, ses bars et autres recoins. On croirait presque une publicité pour le nouvel airbus, tellement il est mis en valeur. C’est bien le seul.

En fin de compte, un triller aérien qui ne doit sa sortie en salles qu’à la présence de Jodie Foster, moins habile que d’habitude dans ses choix professionnels.

Guillaume BannierEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire