Parce qu'on en a jamais assez !

FIGHTER

Un film de David O. Russell

L’histoire (vraie) de deux frères boxeurs, entre ring, famille et crack

Dicky est la star de Lowell, petite bourgade américaine, et depuis qu’il ne boxe plus en pro, il surfe sur la vague du talent prometteur de son jeune frère, à qui il a tout appris, et de son plus beau combat, quand, en 1978, il a tenu tête à Sugar Ray et failli remporter la victoire...

David O. Russel (« J'adore Huckabees », « 3 kings », avec dèjà Mark Walhberg, mais cette fois, à l’origine du projet) ne réalise pas seulement un (très) bon film de boxe, mais aussi (surtout) un beau film familial, basé sur une histoire vraie. Celle de Micky Ward et Dicky Elkund, deux boxeurs pro (toujours en vie), seuls garçons d’une famille de neuf enfants, pour qui la boxe est le seul moyen de s’en sortir.

Le film commence comme un documentaire dont le héros n’est pas Micky (Walhberg) mais son grand (demi) frère, Dicky (Christian Bale, époustouflant). Micky est aussi calme et introverti que Dicky est allumé et paumé. Différences de caractère, différentes façons de boxer. Si Dicky est sans cesse à l’attaque, dansant sur la pointe des pieds, Micky est lui capable de prendre des coups pendant neuf rounds sans broncher, pour asséner un coup, seulement un, mais fatal, dans le dixième…

On réalise vite que le docu n’est pas vraiment là pour glorifier les belles années de Dicky, mais au contraire pour montrer l’envers du décor où ce dernier passe plus de temps à fumer du crack qu’à arriver à l’heure pour entraîner son frère. Tout boxeur qui se respecte sait que le moindre manque de rigueur à l’entraînement ou sur un ring peut être fatal. Micky en paye rapidement les frais. Mais coincé entre un frère et entraîneur certes talentueux, mais complètement dépendant au crack, et une mère au bras long, qui non seulement mène à la baguette ses 7 (vieilles) filles mais dirige aussi la carrière de son cadet, Micky a bien du mal à trouver sa place. Dans la famille et sur un ring.

Mark Walhberg incarne tout en finesse ce champion de boxe, devenu célèbre pour sa trilogie de combats contre le Canadien Arturo Gatti, et pourtant si modeste, comme une espèce de force tranquille. Toujours avec lui, le grand frère, magistralement interprété par Christian Bale, aminci, transformé par le crack, mais guidé, sauvé par sa passion pour la boxe, et par la famille. Bale, longtemps donné favori, vient de remporter l'Oscar du meilleur acteur dans un second rôle, après avoir remporté maintes prix dans tous les festivals américains. Dans la famille, la mère, Melissa Leo (« Frozen River »), est absolument fantastique et ce personnage lui a aussi valu l'Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle.

Micky Ward est aujourd’hui un jeune retraité (45 ans) qui, depuis qu’il a raccroché les gants de boxe, gère un club de gym dans sa ville natale du Massachusetts. Dicky, de son côté, continue d’entraîner des boxeurs en herbe dans son club. Si jamais l’envie vous en prenait, vous pourrez toujours prendre une heure de cours avec lui avec, en prime, un certificat : Entraîné avec Dicky Elkund. On peut dire qu’il revient de loin.

Stéphanie PalisseEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE

Laisser un commentaire